Législatives : un accord à gauche "serait un tournant historique" qui "donnerait de l'espoir aux gens", selon Sandrine Rousseau

écouter (7min)

"Le résultat de la présidentielle dit que les électeurs ont été unitaires à la place des partis", estime l'ex-finaliste de la primaire écologiste. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'économiste et candidate à 9e circonscription de Paris Sandrine Rousseau était l'invité de franceinfo le 29 avril 2022. (CAPTURE D'ECRAN FRANCEINFO)

"Un accord à gauche pour les législatives serait un tournant historique", a déclaré l'écologiste Sandrine Rousseau sur franceinfo, ajoutant que les négociations en cours actuellement entre les différents partis de gauche "étaient visiblement sur le point d'aboutir". Cet accord prévoit selon elle de répartir les circonscriptions en fonction du poids politique des partis, mais aussi un accord programmatique. "On ne sera jamais d'accord sur tout, mais on a un socle commun de valeur et d'objectifs", a-t-elle assuré.

Alors que le candidat à la présidentielle de son parti Yannick Jadot a pris ses distances avec ces négociations, "il n'y a pas de risque de scission" chez Europe Ecologie-Les Verts, selon elle. "Il y a une immense majorité du mouvement qui est pour cet accord et pour qu'on installe cette cohabitation. Cela donnerait un espoir aux gens parce que le gouvernement est celui qui gère leur quotidien", a-t-elle précisé.

Jean-Luc Mélenchon est "indéniablement le leader de cette séquence"

Sur la place du leader des Insoumis Jean-Luc Mélenchon, Sandrine Rousseau assure qu'il est "indéniablement le leader de cette séquence et que c'est à lui que revient la responsabilité de faire cette alliance". Alors que le Parti socialiste ou EELV émettent des critiques sur l'hégémonie de La France insoumise sur cet accord, elle estime que "Jean-Luc Mélenchon ne veut pas de cette hégémonie".

La volonté d'un accord est ce qui domine chez les électeurs selon elle. "Le résultat de la présidentielle dit que les électeurs ont été unitaires à la place des partis", a-t-elle jugé, ajoutant que "le plus important pour eux, c'est que l'on gagne".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.