19h20 politique, France info

Le RN "pourrait aller mieux s'il ne subissait pas les agissements de juges qui mènent une action politique", déplore Stéphane Ravier

Le sénateur RN des Bouches-du-Rhône était l'invité du 19h20 politique mercredi 26 septembre sur franceinfo.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Stéphane Ravier, sénateur RN des Bouches-du-Rhône, le 26 septembre 2018 sur franceinfo.
Stéphane Ravier, sénateur RN des Bouches-du-Rhône, le 26 septembre 2018 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le Rassemblement national "pourrait aller mieux s'il ne subissait pas les agissements de juges qui mènent une action politique, partisane, fidèle à la doctrine du syndicat de la magistrature qui a décidé de faire la peau du Rassemblement national", a affirmé mercredi 26 septembre sur franceinfo Stéphane Ravier, sénateur RN des Bouches-du-Rhône, alors que la justice a réduit de moitié la saisie de deux millions d'euros d'aides publiques dans l'affaire des emplois présumés fictifs au Parlement européen. Selon le sénateur, le syndicat de la magistrature "a décidé de faire la peau du Rassemblement national".

franceinfo : La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a réduit de moitié la saisie de deux millions d'euros d'aides publiques dans l'affaire des emplois présumés fictifs au Parlement européen. Le RN ne se pourvoira pas en cassation. Pourquoi ?

Stéphane Ravier : Marine Le Pen a fait savoir que ce pourvoi ne serait pas retenu. Nous avons besoin de cet argent pour fonctionner. Le seul parti d'opposition à Emmanuel Macron a besoin d'argent. Nous avons besoin de ce million d'euros, après que nos soutiens, nos militants, ont mis la main à la poche à hauteur de 600 000 euros. Nous avons besoin de fonctionner, pour faire de la politique. Ce sont ces deux magistrats Claire Thépaut et Renaud Van Ruymbeke qui, les premiers, ont fait de la politique et se sont crus autorisés à saisir cette subvention. Le RN pourrait aller mieux s'il ne subissait pas encore une fois les agissements de juges qui mènent une action politique, partisane, fidèle à la doctrine du syndicat de la magistrature qui a décidé de faire la peau du Rassemblement national.

La France va accueillir 18 des 58 migrants présents à bord de l'Aquarius, le bateau de SOS Méditerranée. Cela vous parait-il équilibré ?

Comme d'habitude, Emmanuel Macron a tenté de faire croire qu'il allait sévir. J'ai demandé depuis plusieurs mois la création d'une commission d'enquête parlementaire pour faire la lumière sur les agissements de ces prétendues ONG, notamment SOS Méditerranée, qui agit via l'Aquarius, qui est le complice de ces mafias qui s'adonnent à un véritable trafic d'êtres humains. J'estime que c'est un très mauvais signal envoyé dans le domaine de l'immigration illégale, clandestine. Cela veut dire aux candidats à l'immigration, 'il vous suffit de monter sur un bateau et bon an mal an, vous serez accueillis'.

Vous êtes sénateur de Marseille. Marseille s'est construite avec des vagues de migrants. L'histoire de Marseille, ce n'était pas la bonne ?

Marseille a été généreuse avec des populations généreuses. Je pense à ces Italiens, à ces Espagnols, à ces Arméniens, qui sont venus à Marseille mais qui ont aidé Marseille, qui ont fait l'effort de travailler pour Marseille, de s'intégrer à Marseille, de s'assimiler, d'abandonner une partie de leur histoire passée pour devenir des Français à part entière. A Marseille, 20% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. Neuf millions de Français vivent en dessous du seuil de pauvreté. Nous n'avons pas besoin d'ajouter de la misère à la misère. Il est temps de s'occuper des nôtres avant de s'occuper des autres.

Stéphane Ravier, sénateur RN des Bouches-du-Rhône, le 26 septembre 2018 sur franceinfo.
Stéphane Ravier, sénateur RN des Bouches-du-Rhône, le 26 septembre 2018 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)