Le pass vaccinal "n'aura aucun impact sur la vague actuelle" de Covid-19, affirme le sénateur et médecin Bernard Jomier

écouter (7min)

Alors que le Sénat examine le projet de loi sur le pass vaccinal, le sénateur socialiste Bernard Jomier plaide pour l'obligation vaccinale.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le sénateur apparenté socialiste et médecin Bernard Jomier sur franceinfo le 16 septembre 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le pass vaccinal "n'aura aucun impact sur la vague actuelle" de Covid-19, a affirmé mardi sur franceinfo Bernard Jomier, sénateur de Paris apparenté PS, médecin généraliste, président de la mission d’information Covid-19 du Sénat, chargée d’évaluer les effets des mesures prises ou envisagées en matière de gestion de l’épidémie, alors que le Sénat étudie actuellement le projet de loi sur le pass vaccinal.

"Il n'y a pas d'urgence absolue. La vague Omicron ne sera pas modifiée par ce pass", insiste Bernard Jomier. "Il ne change strictement rien" pour les personnes déjà vaccinées. "Près de 90% de la population en âge de se faire vacciner est vaccinée. C'est pour les autres que cela peut changer quelque chose." Mais avec ses collègues sénateur apparentés socialistes, Bernard Jomier estime que le pass n'est "qu'un outil". Avec son groupe, il défend "l'obligation vaccinale universelle" qui permettrait selon lui que "la règle" soit "la même pour tous". Cette obligation vaccinale "rassemblerait les Français. La règle devient la même pour tous. On n'oppose pas les professions entre elles", souligne le sénateur.

"On ne divise pas les Français entre eux comme cela a pu être fait"

"On ne dit pas, les gendarmes sont soumis à l'obligation, mais pas les policiers. Personne ne comprend, estime le sénateur. On ne divise pas les Français entre eux, comme cela a pu être fait récemment avec la pression qui a été mise avec les propos du chef de l'Etat, relayés par le gouvernement." Bernard Jomier est partisan de "dire la vérité aux Français. La vérité, c'est que tout le monde doit être vacciné et à partir de là, on discute tranquillement de la façon d'appliquer cette obligation".

Pour mettre en pratique cette obligation, "il faut convaincre, martèle le sénateur. Il faut continuer à convaincre, à aller vers." Il assure qu'en cas d'obligation vaccinale, "le pass vaccinal peut avoir effectivement sa place. Mais il faut en discuter les modalités".

Bernard Jomier estime que, "quand on fait face à un problème collectif en société, on peut accepter des restrictions pour l'intérêt général. Mais elles doivent être cadrées très sérieusement par le Parlement". Le sénateur met en avant "une ligne rouge" que son groupe "n'acceptera pas de franchir" :"Il n'est pas possible de donner à des citoyens qui n'ont aucune habilitation en termes de sécurité de contrôler l'identité d'autres citoyens. C'est la ligne rouge. Il n'y a aucune raison de la franchir." "Que les forces de l'ordre et les forces de sécurité contrôlent notre identité, oui, c'est la règle", ajoute Bernard Jomier. Mais le gouvernement ne présente aucun argument sérieux pour dire que oui, pour légitimer le fait que quelqu'un qui gère un bar, un restaurant, puisse contrôler votre identité."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.