Cet article date de plus de trois ans.

"Fédération populaire" : Mélenchon veut "préparer les conditions d’une alternative", selon le candidat LFI Sergio Coronado

écouter (7min)

Sergio Coronado, candidat de La France Insoumise aux élections européennes, est revenu sur la proposition de son leader de rapprocher les forces de gauche.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Sergio Coronado, candidat LFI aux élections européennes, était l'invité de franceinfo mercredi 24 avril.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le candidat de La France insoumise aux élections européennes Sergio Coronado a expliqué mercredi 24 avril sur franceinfo que "la volonté de Jean-Luc Mélenchon, c’est de préparer ce qui vient après, les conditions d’une alternative". Dans une interview à Libération mercredi, Jean-Luc Mélenchon a annoncé son ouverture à un rapprochement des forces de gauche. Le leader de LFI a notamment appelé à la création d’une "fédération populaire" après les élections européennes.

"Je crois que le pays en a marre, on en a assez du macronisme", a déclaré Sergio Coronado pour expliquer cette proposition de Jean-Luc Mélenchon. "Il y a un chantier pour celles et ceux qui sont attachés au mot 'gauche' : c’est de reconstruire. Ce mot, ce terme qui a tant compté dans l’histoire, ne fait plus sens pour beaucoup de gens", a-t-il complété.

"Jean-Luc Mélenchon souhaite une ‘fédération populaire’, c’est-à-dire pas simplement une structure qui associe les forces politiques traditionnelles mais qui s’adresse directement aux citoyens en disant, sur un certain nombre de sujets, 'il faudra construire les conditions d’une alternative politique' sur la question écologique, sur les questions de justice sociale, sur la fiscalité", a expliqué Sergio Coronado.

Le candidat aux élections européennes a regretté que la proposition de Jean-Luc Mélenchon n’ait pas suscité d’enthousiasme chez les partis de gauche.

Je m’étonne que celles et ceux qui ont dénoncé le prétendu sectarisme de Jean-Luc Mélenchon en prônant l’unité, aujourd’hui, quand la main est tendue, la rejettent.

Sergio Coronado

à franceinfo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.