Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : "Il faut décréter un état d'urgence sanitaire, économique et social", selon Olivier Faure (PS)

écouter (7min)

La France est "dans une situation proche des Italiens, nous devons prendre des mesures de confinement strictes".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Olivier Faure, invité de franceinfo lundi 20 janvier 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Je considère que dans les conditions actuelles, il n'est pas imaginable de demander aux Français de se déplacer un second dimanche [pour aller aux élections municipales] alors que nous sommes à la veille du pic de contagion" au coronavirus, annonce lundi 16 mars sur franceinfo Olivier Faure, Premier secrétaire PS et député de Seine-et-Marne.

Il appelle ainsi le gouvernement à "prendre des mesures drastiques", "qui soient un peu coercitives et, pour beaucoup d'entre nous, privatives de libertés, mais il faut en passer par là si nous voulons battre de la meilleure des façons ce virus" : "Je souhaite qu'on arrête avec les réponses graduelles qui changent toutes les 24 heures et qu'on dise enfin aux Français ce qu'ils doivent entendre", réclame-t-il. "Il faut décréter un état d'urgence sanitaire, économique et social", indique Olivier Faure.

"Tout doit changer, c'est une période de crise majeure"

Il estime ainsi que la France est "dans une situation proche des Italiens, nous devons prendre des mesures de confinement strictes". "Les scientifiques ont parlé, les médecins nous disent qu'ils sont déjà en état de saturation pour leur service, comment pourraient-ils faire face à un afflux massif ?", se demande Olivier Faure. Le Premier secrétaire du PS estime que "le gouvernement doit prendre toutes les mesures sur le plan économique et sur le terrain social pour que personne ne se sente plus vulnérable sur le plan financier". "Tout doit changer, c'est une période de crise majeure", ajoute-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 18h50 franceinfo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.