Cet article date de plus d'un an.

Audition de Gérald Darmanin devant le Sénat : "À ce stade, les explications ne nous ont pas convaincus", réagit Jean-Pierre Sueur, sénateur PS

Membre de la commission des lois qui a auditionné le ministre de l'Intérieur au sujet des incidents du Stade de France samedi, l'élu du Loiret estime qu'il n'y a pas eu "de réponses, ou des réponses compliquées".

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 7 min
Jean-Pierre Sueur, sénateur PS du Loiret, membre de la commission des lois, invité du 18h50 franceinfo, mercredi 1er juin 2022. (CAPTURE ECRAN / FRANCEINFO)

"À ce stade, les explications ne nous ont pas convaincus", a réagi mercredi 1er juin sur franceinfo Jean-Pierre Sueur, sénateur PS du Loiret, membre de la commission des lois, après l'audition du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin au sujet des incidents survenus lors de la finale de la Ligue des Champions au Stade de France samedi.

"On reste sur notre faim", explique Jean-Pierre Sueur après l'audition de Gérald Darmanin et de la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra. "Ils ont commencé à nous faire un exposé pendant plus d'une heure. Les questions qui ont surgi juste après étaient claires et directes." Mais le sénateur constate qu'il n'y a pas eu "de réponses, ou des réponses compliquées".

"Cela arrive un peu tard"

Devant les sénateurs, Gérald Darmanin s'est "excusé très sincèrement" auprès des supporters de Liverpool pour "les grands dégâts, notamment sur des enfants" causés par les gaz lacrymogènes, utilisés de "façon disproportionnée", assurant que des "sanctions seront prises".

Pour Jean-Pierre Sueur, "c'est important qu'il ait présenté des excuses", mais il estime que "cela arrive un peu tard". Il note que le ministre de l'Intérieur a évoqué des moyens de dispersions "disproportionnés" et a plaidé pour qu'une "vraie réflexion" soit menée sur ce sujet. Selon le sénateur socialiste, "il apparaît évident que faire appel aux Brigades de répression des actions violentes (Brav), ce n'était pas proportionné, pas adapté à une manifestation sportive". Jean-Pierre Sueur souhaite "absolument d'autres méthodes, d'autres moyens" et affirme qu'il faut "adapter la surveillance, la sécurité, à ce qu'est un évènement sportif".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.