Attaque à Rambouillet : "C'est Marianne qu'on crève du cœur", affirme le député Mounir Mahjoubi

écouter (7min)

Quelques heures après l'attaque mortelle survenue vendredi devant un commissariat de Rambouillet (Yvelines), le député (LREM) de Paris Mounir Mahjoubi assure que "le terrorisme islamiste" est "partout" et que c'est aux décideurs politiques de protéger les pompiers, les policiers ou encore les professeurs.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Mounir Mahjoubi, député LREM de Paris, porte-parole d’En Marche. (FRANCEINFO)

"À chaque fois qu'on agresse un fonctionnaire, un professeur, un policier, c'est tous les Français qu'on agresse, c'est la nation, c'est notre République", a réagi vendredi 23 avril sur franceinfo Mounir Mahjoubi, député (LREM) de la 16e circonscription de Paris et porte-parole d’En Marche, après la mort d'une fonctionnaire du ministère de l'Intérieur dans un commissariat de Rambouillet (Yvelines). "Ce n'est pas qu'un symbole. C'est Marianne qu'on crève du cœur quand on s'attaque comme ça à une policière."

Mounir Mahjoubi assure que "tout le monde est mobilisé" face au "terrorisme islamiste" qui "est partout". "Il faut que tous les moyens humains, tous les moyens techniques et technologiques au service du renseignement soient mobilisés." Il veut que "tout ce terrorisme, toutes ses unités et tous ceux qui échangent ne se sentent plus en sécurité". Le député assure que "de nombreuses opérations ont été empêchées depuis le début de l'année". Avec l'attaque de Rambouillet, "cela veut dire qu'il faut faire plus".

Nous avons la responsabilité de les protéger, nous les décideurs politiques

Mounir Mahjoubi

député LREM de Paris

Face à la menace terroriste, "la mobilisation dans le renseignement et pour remonter les filières, est totale". Selon le porte-parole de LREM, "la lutte antiterroriste a été au cœur de toute l'action policière de ce gouvernement depuis près de quatre ans. On n'a jamais autant investi dans les services de renseignement intérieur en France."

Alors qu'Emmanuel Macron a affirmé cette semaine dans Le Figaro (article réservé aux abonnés) que l'éradication des stupéfiants était la mère de toutes les batailles, Mounir Mahjoubi rappelle que "c'est un sujet majeur" et que la toxicomanie "ruine la vie de plusieurs milliers de personnes". Il affirme que "les terroristes ne sont jamais loin des foyers de misère. Ils profitent des foyers de misère. Ils profitent de la pauvreté sociale. Ils profitent aussi de la misère liée à la drogue". Face à ce constat, selon lui, "quand on attaque tout en même temps, on est capable d'aller petit à petit chercher ces personnes, là où elles sont, et les empêcher d'agir".

"Les policiers sont des cibles. Les pompiers sont des cibles. Les professeurs sont aussi parfois des cibles", rappelle tristement le député. Il martèle qu'aujourd'hui, "on ne peut plus rien laisser passer".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.