Menaces de mort sur des membres de la France insoumise : "Monsieur Zemmour doit assumer car il est responsable", affirme le député LFI Alexis Corbière

écouter (8min)

Après la diffusion d'une vidéo dans laquelle deux individus se présentant comme des sympatisants d'Eric Zemmour s'imaginent lui tirer dessus, le député La France Insoumise souhaite une "interpellation" rapide. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Alexis Corbière, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, sur franceinfo le 14 octobre 2021.
 (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Monsieur Zemmour doit assumer car il est responsable", a estimé jeudi 23 décembre, sur franceinfo, le député France insoumise de Seine-Saint Denis, Alexis Corbière, après la diffusion d'une vidéo dans laquelle deux individus se revendiquant sympathisants d'Éric Zemmour s'entraînent aux tirs et imaginent notamment le prendre pour cible, ainsi que l'ex-porte-parole de la France Insoumise Raquel Garrido.

Une enquête a été ouverte mercredi 22 décembre par le pôle national de lutte contre la haine en ligne (PNLH), pour "menaces de mort et provocation à la haine raciale". "Ce que je souhaite, c'est qu'il y ait une sanction ou une interpellation afin que le message soit clair", a-t-il ajouté. Éric Zemmour a condamné ce mercredi dans un communiqué cette vidéo, en parlant de personnes qui ne sont "ni ses sympathisants, ni ses militants".

Franceinfo : Comment jugez-vous cette réaction ?

Alexis Corbière : C'est la moindre des choses. Il a quand même fallu plus de 48 heures pour condamner l'intolérable et l'inqualifiable. Là, nous ne parlons plus de débat politique, nous ne parlons plus de controverse, nous parlons de quelqu'un qui veut assassiner des opposants avec une arme, une arme de guerre. La question qui se pose désormais, c'est : qui sont ces gens-là ? Le communiqué d'Eric Zemmour, de manière un peu trop facile, considère qu'il n'a rien à voir avec avec ce type de comportement. Pourtant, il semblerait, selon des enquêtes menées par des confrères de Mediapart et Libération, que des gens de cette vidéo auraient participé au meeting de M. Zemmour.

Et puis, je considère surtout que les paroles de haine violentes, les appels aux armes autant que les appels aux urnes de M. Zemmour produisent des effets sur des esprits peut-être un peu fragiles. Il est trop facile qu'après M. Zemmour s'en étonne. Il a un vocabulaire guerrier, belliqueux, où on traite de collabos ceux qui seraient favorables au fait que notre pays reste un pays d'immigration. C'est donc tout ce discours violent qui produit ces images. C'est lui qui provoque ça et doit tirer des leçons et pas seulement faire des communiqués d'esquive.

"M. Zemmour, vous êtes responsable, assumez vos paroles de haine qui produisent cet effet sur des militants violents. Ça suffit !"

Alexis Corbière, député La France Insoumise

à franceinfo

Sur l'antenne de franceinfo, l'écologiste Sandrine Rousseau, cible de militants se présentant comme des militants d'Éric Zemmour qui ont tambouriné à sa porte dans la nuit de mardi à mercredi, a appelé Emmanuel Macron à prendre la parole contre ces intimidations. Est-ce aussi votre avis ?

Je ne sais pas si la parole d'Emmanuel Macron va jouer ce rôle-là mais c'est assez pertinent. Cette vidéo date de lundi. J'ai eu un contact avec un représentant du ministère de l'Intérieur qui me signale que cet homme n'a toujours pas été interpellé. Je suis sidéré qu'il soit possible que dans notre pays, quelqu'un à visage découvert qui mime l'assassinat d'une personne ne soit toujours pas interpellé. Je rappelle, et ce n'est pas anecdotique, que quand M. Zemmour avait été insulté dans la rue, ce qui n'est pas normal et ce que je n'accepte pas, le président de République l'avait appelé personnellement. De mon côté, j'attends. 

"Quiconque joue à ça, quiconque montre une arme, quiconque sous-entend qu'il va faire feu sur un opposant politique doit être arrêté, interpellé et sanctionné."

Alexis Corbière, député La France Insoumise

à franceinfo

Nous sommes à trois mois d'une élection importante. Moi, je suis pour la passion dans la discussion politique, il n'y a pas de problème, mais il y a des lignes rouges, des lignes républicaines et il est hors de question que quiconque les franchisse.

Éric Zemmour, à chaque fois, renvoie la balle aussi du côté des antifascistes. Il dénonce le fait de ne pas pouvoir faire campagne à cause des violences qui sont également commises à son encontre.

M. Zemmour renvoie dos-à-dos fascistes et antifascistes. Personnellement, j'espère que tout le monde est antifasciste dans ce pays. Quand on est républicain, on est antifasciste. M. Zemmour se réclame du général de Gaulle, mais de Gaulle était antifasciste. Le fascisme a été quelque chose de terrible dans l'histoire du 20ème siècle. Moi, je suis du côté de l'antifascisme et je pense que toute personne attachée à ce pays doit être un antifasciste parce que le pétainisme, Vichy et le nazisme ont été quelque chose de terrible. Ceci dit, nous avons bien compris que de la part de M. Zemmour, il y a aussi une volonté dans la campagne qui mène à piétiner l'histoire, à la retourner, ce qui est inquiétant s'il prenait le pouvoir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.