:l'éco, France info

VIDÉO. Pierre-André de Chalendar : “ Dans la construction, on est entré dans la crise avec de très bons carnets de commande de nos artisans. L’interrogation qu’on a tous c’est : comment va être la rentrée ?"

a revoir

Présenté parStéphane Depinoy

Diffusé le 17/06/2020Durée : 00h6

Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain, évoque la situation de son entreprise. “On a eu un arrêt assez fort, très différent selon les pays. En France, on a été confiné assez longtemps, on est descendu à 50% d’activité au plus bas. Et on a repris très fort, au mois de mai on est à 80%, et actuellement on est à un niveau d’activité normal par rapport à l’année dernière. Dans la construction, on est entré dans la crise avec de très bons carnets de commande de nos artisans. En ce moment ils ont du travail, pas mal pour cet été. L’interrogation qu’on a tous c’est : comment va être la rentrée ?

Pierre-André de Chalendar évoque la relance verte de l’économie. “Je trouve qu’on a caricaturé la position du Medef. Le Medef est assez en phase avec ce que je dis sur le fait que la relance doit être verte. Le Medef dit qu’il y avait eu certains textes sur l’économie circulaire sur lesquels il n’y avait pas eu suffisamment de concertations. Mais sur l’idée d’accélérer la lutte contre le changement climatique, je crois que les entreprises sont bien en phase avec ça et avec l’opinion publique.

Quid des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur du bâtiment ? “Aujourd’hui, un bâtiment neuf, qui est construit, est très peu émetteur de CO. Le sujet c’est l’ancien. C’est plus compliqué, il faut segmenter entre les bâtiments collectifs, avec les sujets de copropriété, dans la maison individuelle, dans les bâtiments publics. Il faut une approche segment par segment. Selon les cas, des moyens financiers, on peut utiliser la réglementation comme ça a marché dans le neuf dans certains secteurs. Et puis, il faut un volet incitatif avec, à terme, un prix du carbone.

Pour Pierre-André de Chalendar, il n’est pas préférable de passer pas des dispositifs coercitifs. “Je prends l’exemple de l’État et des collectivités locales. Les bâtiments publics, c’est un énorme segment. C’est un très beau sujet pour relancer l’activité, de faire des investissements dans le parc immobilier de l’État et des collectivités locales, qui permettent de faire des économies de fonctionnement. On a des économies de chauffage rapidement, et l’État en termes de temps de retour n’a pas les mêmes exigences que les particuliers. Ce n’est pas uniquement des questions de réglementation.

Le PDG de Saint-Gobain conclut en évoquant la situation des jeunes. “C’est une question très importante. Chez Saint-Gobain, nous avons recruté l’année dernière 1 800 apprentis. On vient de lancer la création de notre propre centre de formation d’apprentis. J’ai donné des directives pour que cette année on en embauche aussi pas mal, il ne faut pas qu’il y ait une classe d’âge qui soit sacrifiée à cause de cette crise.

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==