:l'éco, France info

VIDÉO. Alain Krakovitch sur la reprise dans le ferroviaire : “Depuis la fin de la limitation à 100 kilomètres, on a un taux d’occupation de 50%."

a revoir

Présenté parJean-Paul Chapel

Diffusé le 08/06/2020Durée : 00h6

Alain Krakovitch, directeur général de SNCF Voyages, se veut rassurant : “Cet été, on pourra prendre le train absolument sans risque. Tous nos trains sont désinfectés tous les jours. On a des agents de propreté dans 80% de nos TGV, pendant tout le trajet pour assurer les points d’eau, les savons, qui désinfectent les points de contact. La ventilation est renouvelée toutes les six minutes avec de l’air extérieur et ce que nous disent les épidémiologistes : masques plus ventilation externe, le risque est nul. C’est masque obligatoire. Nos contrôleurs font très attention à ce que tous les voyageurs du train aient bien le masque, chirurgical ou en tissu, et si on n’a pas de masque on peut avoir un PV de 135 euros.

Le directeur de SNCF Voyages revient sur le taux d’occupation des trains. “30% c’était avant, en particulier sur la période du 11 mai au 2 juin. Depuis le 2 juin, et avec la fin de la limitation à 100 kilomètres, les voyageurs, de nouveau, réservent pour venir dans nos trains et donc on a maintenant plutôt un taux d’occupation de 50%. Les voyageurs réservent surtout à court terme, je pense qu’ils ont encore besoin d’être rassurés. Côté sanitaire, maintenant il n’y a plus aucune raison de ne pas prendre le train.

Alain Krakovitch explique que “tout est gratuit pour les échanges, les remboursements”. “Vous pouvez réserver pour l’été sans crainte, vous serez remboursé, échangé si vous avez un problème, côté hôtel ou restaurant.

Alain Krakovitch ajoute : “On a décidé de prolonger la validité de toutes les cartes de réduction sur toute la période. Toutes les cartes qui arrivaient à échéance sont donc prolongées au-delà de la période et on a même fait un geste supplémentaire, puisque les détenteurs de carte auront une réduction supplémentaire de 30% ou 40% sur leur premier trajet.

Est-ce que les tarifs vont augmenter pour compenser le manque à gagner ? “Non, on ne va pas augmenter pour compenser les sommes importantes et le manque à gagner. On a quand même deux milliards côté voyages, qui correspondent à deux mois pendant lesquels on a eu quasiment aucun chiffre d’affaires, c’est considérable. Mais notre décision c’est de ne pas augmenter les prix. Au contraire, puisqu’on a lancé une grande opération de trois millions de petits prix, à moins de 49 euros. Notre volonté, notre priorité, c’est de remplir les trains. Jean-Pierre Farandou, notre président, considère que la meilleure des compensations c’est le remplissage des trains.

Alain Krakovitch est revenu sur l’annonce de la fermeture future de certaines lignes aériennes intérieurs, dont les “origines et destinations correspondent à des liaisons ferroviaires de moins 2 h 30”. “Pour nous c’est effectivement important et ça va nous permettre de mieux remplir les trains en proposant des offres plus importantes, en particulier à Bordeaux, Nantes, Lyon et qu’on puisse aussi travailler sur la liaison entre le TGV et l’aérien, je pense en particulier à l’aéroport de Roissy.

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==