:l'éco, France info

VIDEO. Nicolas Colin : "La protection sociale, le système financier, les syndicats. Tout ça est périmé en quelque sorte puisque tout a changé"

a revoir

Présenté parJean-Paul Chapel

Diffusé le 20/02/2020Durée : 00h7

Nicolas Colin, auteur de « Un contrat social pour l’âge entrepreneurial », explique l'impact du numérique sur l'économie actuelle. "Ce n’est pas la première fois qu’une nouvelle technologie bouleverse notre économie. La fois précédente c’est quand est apparue l’automobile, et son nouveau mode de production. Ça a provoqué des tensions insoutenables dans la première moitié du XXe siècle. Des tensions qu’on n’a pas su gérer en Europe. Ça a débouché dans certains pays au fascisme. Et pour l’ensemble du continent, la guerre."

Nicolas Colin analyse la phase de transition actuelle. "On voit des troubles de toutes sortes dans tous les pays du monde, cette révolte des populations contre les autorités qui prend la forme de l’élection de Trump aux USA, du Brexit au Royaume-Uni, des manifestations des "gilets jaunes" en France. Elle prend des formes différentes suivant le pays et la culture locale mais on est sur un phénomène de transition."   

"Il y a trois choses avec lesquelles on vit encore qui on étaient conçues pour l’économie du XXe siècle : la protection sociale, parfaite pour l’économie d’après-guerre, elle nous a permis de vivre les Trente Glorieuses. Le système financier, qui nous a permis d’emprunter de l’argent pour acheter automobiles, maisons et appartements. Et les syndicats, à l’époque où la plupart des gens travaillaient dans des branches professionnelles bien maitriséees, ils faisaient très bien leur travail. Tout ça est périmé en quelque sorte puisque tout a changé."

Sommes-nous destinés à devenir tous des entrepreneurs ? "Non, mais on doit se préparer à être salarié, travailleur, employé par des entreprises, elles-mêmes plus entrepreneuriales. Une entreprise entrepreneuriale doit se réinventer en permanence sur un marché où les besoins et les attentes des consommateurs évoluent en permanence. L’économie numérique est une économie de l’instabilité permanente dans laquelle les entreprises qui gardent la tête hors de l’eau sont celles qui restent entrepreneuriales. Être employé par une entreprise entrepreneuriale s’accompagne de beaucoup d’instabilités et d’un impératif d’être mobile."

Que pensez-vous de la transformation de l'École nationale d'administration (ENA) ? "Une école pour l’économie d’aujourd’hui est une école faite pour la transition. Si on doit former des hauts fonctionnaires c’est pour accompagner dans une démarche de redéploiement de notre économie et de mise en place de nouvelles institutions", répond Nicolas Colin, lui-même énarque.

L'ENA forme-t-elle à cette transition ? "Pas vraiment, elle fait partie du contrat social d’après-guerre, elle a bien marché comme lui pendant des décennies mais elle était faite pour une économie industrielle, très pyramidale, pour les années 50, 60, 70."

L’interview s’est achevée en musique avec « All the stars » de Kendrick Lamar et SZA.

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==