Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Comment lutter contre la pollution à Paris ? Les réponses de Valérie Pécresse

Publié
Durée de la vidéo : 14 min.
L'invitée : Valérie Pécresse

Comme les autres villes de l'UE, Paris subit des pics de pollution de plus de plus violents. Que faire ? "Avenue de l'Europe" du 12 janvier 2017 interroge la présidente du conseil régional d’Ile-de-France Valérie Pécresse, avec la participation de Karima Delli, députée européenne Europe Ecologie-Les Verts.  

Dès le 16 janvier, vignette antipollution obligatoire pour circuler dans Paris. Une nouvelle façon d'exclure les voitures de la capitale française, qui subit des pics de pollution de l'air toujours plus violents, comme celui de décembre dernier. Pour ce numéro "Brouillard sur les villes", le magazine "Avenue de l'Europe" reçoit Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d’Ile-de-France, avec la participation de Karima Delli, députée européenne Europe Ecologie-Les Verts.

Quel est le point de vue de la présidente de région sur les solutions adoptées ailleurs, auxquelles le magazine a consacré trois reportages ?

Travailler avec la maire, comme à Madrid ?

Pourquoi ne pas faire comme à Madrid, où la maire de gauche, qui promeut la démocratie participative, s'entend à merveille avec la région, qui est à droite ? Pourquoi, sur ce problème aussi grave, Valérie Pécresse n'arrive-t-elle pas à se mettre d'accord avec Anne Hidalgo, la maire de la capitale ? 

En cause, selon Valérie Pécresse, un manque de concertation de la maire de Paris lors de la fermeture des voies sur berge parisiennes. "En réalité, on a congestionné l'Ile-de-France avec une décision prise en concertant sur quatre arrondissements. Le contraire de ce qu'il faut faire", accuse la présidente de la région. Selon le comité de suivi qu'elle a mis en place, "il y a beaucoup plus d'embouteillages" après cette fermeture, donc plus de pollution. 

Mettre en place un péage, comme à Londres ?

Valérie Pécresse se dit "totalement contre les péages", cette forme de "discrimination par l'argent". Elle préfère s'engager à "sortir totalement du diesel dans les transports en commun […] à l'horizon 2025 pour Paris, la petite couronne, la grande couronne urbaine, et 2029 pour la partie rurale francilienne".

Adopter le biogaz, comme la Suède ?

Très bonne idée : la présidente de la région promet "beaucoup de bus circulant au biogaz". "La région a lancé un plan de recyclage des déchets avec méthanisation, y compris des déchets verts" issus des 25% de surface agricole et forestière que possède la région.

Et le vélo ?

C'est la question que la députée écologiste Karima Delli pose à l'invitée du magazine. Selon la rapporteure sur la mobilité urbaine et durable, la région a divisé par deux le budget de son "plan vélo", et aussi supprimé l'aide aux professionnels qui veulent adopter un véhicule moins polluant. Des informations contestées par Valérie Pécresse.

Extrait du magazine "Avenue de l'Europe" du 12 janvier 2017.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.