Vidéo Pour développer le goût du sport, la Suède a interdit les classements pour les équipes des moins de 13 ans

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Pour développer le goût du sport, la Suède a interdit les classements pour les équipes des moins de 13 ans.
Pour développer le goût du sport, la Suède a interdit les classements pour les équipes des moins de 13 ans. Pour développer le goût du sport, la Suède a interdit les classements pour les équipes des moins de 13 ans. (NOUS, LES EUROPEENS / FRANCE 2)
Article rédigé par France 2
France Télévisions
En 2016, pour redonner le plaisir d’une pratique sportive aux jeunes en supprimant toute forme de compétition, la Suède a supprimé les classements des équipes juniors. Depuis, sans la pression de la performance, les clubs sportifs font le plein. Extrait de "Nous, les Européens".

Alors que la France mise sur les Jeux olympiques de Paris pour promouvoir le sport auprès de la jeunesse, la Suède a adopté une autre stratégie : redonner le plaisir d’une pratique sportive en supprimant toute forme de compétition. Il y a huit ans, le ministère des Sports suédois a interdit les classements des équipes des moins de 13 ans, une mesure radicale qui permet au sport de rester un loisir pour les jeunes sans la pression de la performance.

Dans la banlieue de Stockholm, Robert Mattsson, le directeur du club de football de Stuvsta, se félicite de cette mesure. "Maintenant, les coachs se concentrent sur l’entraînement et plus sur le résultat du match. Avant, ils avaient tendance à se focaliser sur le score final et donc, ils avaient intérêt à mettre leurs meilleurs joueurs sur le terrain et toujours à la même position", explique-t-il. Une compétition à outrance qui n'encourageait pas certains enfants à se dépasser. Aujourd’hui, Robert Mattsson a constaté le changement de mentalité dans l’approche du jeu : "Désormais, tous les joueurs de l’équipe doivent jouer au moins la moitié du match. On ne développe pas le jeu des gamins en les laissant sur le banc."

"On ne perd jamais"

L’autre avantage de cette mesure, c’est de laisser le temps aux enfants de développer leur talent dans le sport. A l’instar de Zlatan Ibrahimović, qui s’est révélé sur le tard. Incertain sur son avenir sportif, le joueur était sur le point de quitter le monde du football pour travailler sur les docks lorsqu’il a intégré le centre de formation du Malmö FF à l’âge de 15 ans. Dans la foulée, il y signera son premier contrat professionnel.

Si l’idée de supprimer les classements est maintenant bien admise par les parents et les entraîneurs, elle passe plus difficilement auprès des enfants. "On aimerait savoir comment on se situe par rapport aux autres équipes. On ne perd jamais, on gagne tous nos matches, on est une super équipe", s’amusent les joueuses de foot du club de Stuvsta.

"Créer une population active au quotidien"

Pour le directeur du club, le niveau de ses joueurs n’a pas d’importance, l’essentiel est de donner le goût du sport à un maximum de jeunes et pour longtemps : "Ce que l’on est en train de faire, c’est de créer une population active au quotidien. Seulement 2% des enfants deviendront de bons joueurs. Vous devez prendre en compte le plus grand nombre. Si cette petite fille de 11 ans joue encore au foot dans vingt ans, alors je serai heureux, on aura réussi notre pari."

Depuis la suppression des classements, les clubs font le plein, ils n’ont jamais eu autant de licenciés.

Extrait de "JO 2024 : Tous dans les starting-blocks !", diffusé dans "Nous, les Européens" le 29 février 2024.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.