Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Marion Maréchal-Le Pen critique le système des primaires

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Mots croisés / France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Dans "Mots croisés" du lundi 1er décembre, Anne-Sophie Lapix recevait Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, qui s'en est prise à l'UMP et au PS, adeptes des primaires. Une "mode" qui, selon elle, est inadaptée aux institutions françaises.  

Interrogée sur la victoire de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP, dix ans après sa première présidence du parti, Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, en a profité pour revenir sur la question des primaires. "C’est une espèce d’effet de mode inspiré par la gauche", qui elle-même s’est "inspirée de pays comme les Etats-Unis qui n’ont pas d’élection à la présidentielle au suffrage universel direct", et de conclure : "C’est donc un système qui est complètement absurde en France et qui n’est absolument pas adapté à nos institutions."

"Des primaires d’élimination"

La députée du Front national préfère parler de "primaires d’élimination" et s’appuie sur l’élection de François Hollande, "minoritaire dans son parti" et qui, par le système des primaires, est devenu président de la République. 

Au FN, pas de primaires. C’est d’ailleurs ce qui différencie ce parti de ses concurrents. "Je comprends que ça énerve l’UMP et le PS […] de voir que Marine Le Pen est un chef incontesté", souligne la députée du Vaucluse, avant de rappeler qu’"il a été tout à fait possible à d’autres candidats de se présenter face à Marine Le Pen".

Loin de l’image de la "République bananière", Marion Maréchal-Le Pen réaffirme la valeur démocratique de ces élections et rappelle qu’"il y a eu un nombre dérisoire de bulletins blancs ou nuls". Preuve, selon elle, de la "force" qu’insuffle Marine Le Pen avec sa "ligne incontestée".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mots croisés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.