Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo Que venaient faire ces "visiteurs du soir" au domicile de Robert Boulin le 29 octobre 1979 ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Envoyé spécial. Les "visiteurs du soir"
Article rédigé par
France Télévisions

La mort de Robert Boulin, ou l'un des plus grands mystères de la Ve République. Trente-huit ans après, "Envoyé spécial" diffuse une enquête minutieuse où se croisent politiciens, hommes de main et autres étranges "visiteurs du soir". Extrait.

Nous sommes le 29 octobre 1979, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. Le corps sans vie de l'un de ses ministres sera officiellement retrouvé le lendemain matin en forêt de Rambouillet, baignant dans 50 centimètres d'eau. Suicide ou assassinat politique ? Le 26 octobre, dans "Envoyé spécial", ne manquez pas les révélations de Benoît Collombat, un journaliste qui travaille depuis quinze ans sur l'un des plus grands mystères de la Ve République.

En réalité, Robert Boulin est cliniquement mort depuis la veille : l'heure du décès se situerait entre 17h30 et 20 heures. Et plusieurs personnes le savent déjà parfaitement. Dans la soirée, alors que Robert Boulin n'est pas rentré chez lui, son domicile de Neuilly-sur-Seine est le théâtre d'étranges allées et venues. Son gendre, Eric Burgeat, en fait le récit dans cet extrait. Après le passage de Guy Aubert, un homme d'affaires proche du RPR, qui déboule affolé pour prévenir la femme du ministre, trois autres "visiteurs du soir" entrent en scène.

"Les visiteurs du soir ont rempli la corbeille"

Vers 20 heures, Patrice Blank, l'attaché de presse de Robert Boulin, arrive "blanc comme la mort" avec un ami (un dénommé Roger Thiery, inconnu des Boulin) et l'avocat du ministre, Alain Maillot. Le regard fuyant de Blank et son comportement intriguent la famille. A plusieurs reprises, il se rend dans le bureau de Robert Boulin, où se trouvent sa machine à écrire et ses papiers. En partant, son acolyte questionne Eric Burgeat : "Mais vous ne savez pas où il est ? Vous n'avez pas trouvé d'indices ?" avant de lui faire une petite suggestion : "Mais pourquoi vous n'iriez pas regarder dans le bureau ? Dans la corbeille à papier, peut-être..."

"Quand ils sont partis, c'est ce que j'ai fait, raconte le gendre de Robert Boulin. Et là, j'ai trouvé ce que sans doute, ce monsieur voulait que je découvre..." C'est-à-dire, au milieu d'autres papiers, les morceaux d'une feuille dactylographiée portant cette phrase : "J'ai décidé de me noyer dans un lac de la forêt de Rambouillet où j'aimais faire du cheval." Ce qui est bizarre, confie Eric Burgeat, c'est que regarder dans la corbeille à papier, il en avait déjà eu l'idée… Et il l'avait fait, plus tôt dans la soirée. Elle était vide. Conclusion : "Les visiteurs du soir... ont rempli la corbeille."

Extrait de "Révélations sur un crime d'Etat", une enquête diffusée dans le magazine "Envoyé spécial" le 26 octobre 2017.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Envoyé spécial

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.