Des paroles et des actes, France 2

VIDEO. Gauz : "Qui a dit que monter une entreprise devait être facile ?"

Invité sur le plateau de "Des paroles et des actes", Gauz, auteur d'un très réussi premier roman, "Debout-payé", a évoqué le problème de la création d'entreprise en France. Un parcours difficile, mais qui fait partie de l'aventure entrepreneuriale. 

FRANCE 2

L’auteur Gauz, de son vrai nom Armand Patrick Gbaka-Brédé, a tenu à rappeler sur le plateau de Des paroles et des actes que l’entrepreneuriat n’a jamais été chose facile. Créer "sa petite entreprise" est un parcours semé d’embûches, notamment en France. Mais cela ne doit malgré tout pas être un frein pour les futurs entrepreneurs qui souhaitent se lancer dans l’aventure. Le discours défaitiste et le pessimisme ambiant sont, selon lui, à combattre. "Personne ne doit se plaindre quand tu décides d’être chef d’entreprise", lance-t-il à l’égard de ces nouveaux entrepreneurs.

Gauz a aussi souligné que la France des Trente Glorieuses accompagnée de son plein emploi est bien loin derrière nous. Ce regard tourné vers le passé et empreint de nostalgie doit changer, car la société a évolué, et les politiques aussi. "L’État n’a jamais été aussi puissant qu’à cette époque-là", rappelle-t-il, comme pour marquer une rupture avec le présent.

"Une question de capitaux"

Gauz a aussi vivement réagi au reportage de François Lenglet sur "Les atouts de la France" qui insiste sur son rayonnement à l’étranger, notamment sur le fait que les leaders économiques français investissent en dehors de nos frontières. Selon l’écrivain, ce n’est pas forcément à voir comme un aspect positif. "Nous [les Français, ndlr], on va acheter là-bas. Dassault, Danone, où est-ce qu’ils font leur fortune ? Ailleurs. Ce n’est pas une question de France ou de nationalité des capitaux, c’est une question de capitaux tout court."

Auteur de Debout-payé, un roman qui raconte son expérience de vigile payé à rester debout toute la journée (éd. le Nouvel Attila), Gauz raconte le parcours de ces "hommes invisibles" dont le métier permet de faire une radiographie de la France d'aujourd'hui. Son livre se lit aussi comme le journal d’un immigré, qui porte un certain regard sur ce pays et son évolution à travers les décennies, et sur la société de consommation qui fait fonctionner tout le système actuel. Une machine bien huilée qui comporte pourtant quelques inconvénients...

 

 

(CAPTURE D'ECRAN FRANCE 2 / FRANCETV INFO)