20h30 le samedi, France 2

VIDEO. Daniel Balavoine : son album concept autour du mur de Berlin lui a valu un début de reconnaissance en 1977

De retour d'un voyage en Pologne en 1976 avec sa petite amie, l'auteur-compositeur-interprète sort son deuxième album qui raconte l'histoire de deux frères séparés par le mur de Berlin. La critique musicale remarque alors l'artiste dont le premier opus était sorti dans l'indifférence générale... Extrait du magazine "20h30 le samedi" diffusé le 9 novembre 2019, juste après le journal de France 2.

Après la sortie en 1975 de son premier album De vous à elle en passant par moi qui ne rencontre pas le public, Daniel Balavoine accompagne l’année suivante sa petite amie de l’époque, la chanteuse Catherine Ferry, de l’autre côté du rideau de fer. Elle est invitée à se produire sur scène en Pologne. Les deux jeunes gens découvrent alors le niveau de vie de la population, le manque de libertés… Un choc qui provoque une prise de conscience chez l'artiste disparu en 1986, à l’âge de 33 ans, dans un accident d’hélicoptère en Afrique.

En avril 1977, Daniel Balavoine sort l’album concept Les aventures de Simon et Gunther. Il raconte l’histoire de deux frères vivant de part et d’autre du mur de Berlin qui tombera douze ans plus tard, le 9 novembre 1989 : "Le petit Gunther / Naquit en 41 / Et son frère Simon / Huit ans plus tôt en juin / Au cœur de Berlin / En quarante-deux / L’un fit ses premiers pas / L’autre malheureux / Entrait au pensionnat"… Son ancienne compagne se souvient pour le magazine "20h30 le samedi" (replay) : "C’était des gens qui essayaient de passer de l’Est à l’Ouest, qui étaient pris dans les barbelés, fusillés quand ils tentaient de passer le Mur…"

Les radios commencent enfin à s’intéresser à cet artiste

"Lady Marlène / Toi tu t'endors de l'autre côté / Lady Marlène / À Berlin tu sais rien n'a changé / C’est bien difficile de s’évader / Les hommes en vert ont tiré"… La chanson Lady Marlène est la chronique de Simon qui tente de rejoindre cette femme dans la partie occidentale de Berlin avant d’être abattu par les soldats. Les radios commencent enfin à s’intéresser à cet auteur-compositeur au timbre de voix si particulier qui recueille des critiques plutôt favorables et notamment dans le magazine musical Rock & Folk.

"J’ai choisi le mur de Berlin simplement parce que c’est la seule chose qu’on peut toucher du doigt dans le monde… expliquait Daniel Balavoine dans un entretien télévisé. Quand on parle du Chili en disant que des écrivains ont les mains coupées ou la langue, pour qu’ils ne puissent plus écrire ou parler, c’est abstrait. On ne se rend pas bien compte de ce que ça veut dire, alors que le mur de Berlin tout le monde peut le voir, le toucher. C’est une frustration concrète. C’est uniquement pour cela que je l’ai choisi et pas pour des problèmes politiques."

20H30 LE SAMEDI / FRANCE 2
20H30 LE SAMEDI / FRANCE 2 (CAPTURE ECRAN / 20H30 LE SAMEDI / FRANCE 2)