Projet d'attentat déjoué à Montpellier : ce que l'on sait des suspects

L'adolescente de 16 ans interpellée hier, vendredi 10 février, avec trois autres personnes s'apprête à quitter Montpellier pour la sous-direction terroriste près de Paris. On en sait un peu plus sur le profil de ce groupe qui projetait de commettre un attentat sur le sol français.

FRANCE 3

C'est une microcellule terroriste que les policiers pensent avoir démantelée. Au coeur de leur enquête, un jeune couple de convertis sur le point de déraper selon eux. Hier, vendredi 10 février, dans cet appartement en périphérie de Montpellier (Hérault), ils interpellent Thomas 20 ans, un jeune homme en rupture familiale depuis sa conversion à l'islam. Dans la salle de bain, les policiers mettent la main sur de l'acétone, et 71 grammes de TATP, un puissant explosif artisanal.

Sous surveillance et assigné à résidence

Le jeune homme était surveillé par les services antiterroristes, assigné à résidence après avoir tenté de rejoindre la Syrie en 2015. Quelle influence exerçait-il sur sa compagne, Sara ? L'adolescente était très active sur les réseaux sociaux et notamment la messagerie cryptée Telegram, prisée des djihadistes. La jeune fille déscolarisée, convertie récemment, a été interpellée hier au domicile de sa mère. Pour cette dernière, sa fille a été manipulée. Deux autres suspects ont également été interpellés hier près de Montpellier. Parmi eux, un homme de 33 ans lui aussi connu des services antiterroristes, soupçonné d'avoir eu un rôle actif dans le projet d'attentat.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'hôtel de police à Montpellier (Hérault), le 11 février 2017, où quatre personnes sont interrogées, soupçonnées de vouloir commettre un attentat en France.
L'hôtel de police à Montpellier (Hérault), le 11 février 2017, où quatre personnes sont interrogées, soupçonnées de vouloir commettre un attentat en France. (PASCAL GUYOT / AFP)