VIDEO. Logement: coup de rabot sur les normes d'accessibilité pour les personnes handicapées

Pour relancer la construction, le gouvernement a promis d'alléger les normes. Quitte à toucher à celles relatives aux handicapés. Avec la nouvelle loi ELAN, tout logement neuf ne devra plus être "accessible" mais "adaptable aux personnes en fauteuil roulant"... Et ça change tout...

Voir la vidéo

L’objectif du gouvernement : construire plus de logements, plus vite. Et pour cela, son idée : supprimer des normes! “Y compris sur des normes de très bons sentiments, environnementales ou sociales”, expliquait Emmanuel Macron en septembre dernier. Y compris.. sur les normes d’accessibilité des logements pour les personnes handicapées. Et ça, ça ne passe pas très bien !

Dans le projet de loi ELAN (évolution du logement, de l’aménagement et du numérique), au chapitre “simplifier l’acte de construire”, l'article 18 veut “assouplir les normes d’accessibilté". Jusqu à présent dans les immeubles neufs, 100% des appartements en rez-de-chaussée ou desservis par un ascenseur devaient être accessibles aux personnes en fauteuil roulant.

Des logements évolutifs

Emmanuèle Berdah, promotrice immobilier, nous fait visiter un appartement entièrement accessible dans un immeuble flambant neuf. Un fauteuil roulant doit pouvoir circuler dans le séjour, la cuisine, au moins une chambre, dans la salle de bain où un dégagement d'1,50m est obligatoire, et bien sûr dans les toilettes où un espace vide de 130 cm par 80 cm est aménagé à coté du siège. Des espaces dédiés à la mobilité qui ne conviendraient pas à la plupart de ses acquéreurs: 

Nos clients considèrent que cet espace d’accessibilité, ils n'en n'ont pas besoin, qu'il coûte le prix au m2, et ils préféreraient les avoir dans les pièces à vivre

Emmanuèle Berdah, promotrice immobilier

Argument entendu par le gouvernement. Le projet de loi prévoit que désormais seuls 10% des logements seront accessibles. Les 90% restants devront être “évolutifs”. En clair, seuls les toilettes et le séjour seront accessibles à un fauteuil roulant, le reste de l’appartement devra être adaptable par des travaux dits simples. “Évolutif, c’est-à-dire avoir des parois que vous pouvez modifier, avoir d'ors et déjà des tuyaux d'évacuation d'eau permettant de transformer une baignoire en douche...”, précise le secrétaire d'Etat Julien Denormandie lors de la présentation du projet de loi. Dans les logement sociaux, ces travaux devraient être financés par les bailleurs.

Et les personnes âgées?

Un projet défendu par le gouvernement car les personnes en fauteuil roulant ne représenteraient que 2% de la population. Sauf que pour Cédric Gardereau, 32 ans, ce projet de loi n’est pas rassurant. Il vit en foyer pour personnes handicapées et cherche un logement social accessible depuis 5 ans. En vain. "Je désespère mais on prend son mal en patience”, relativise-t-il.

D’autant que pour les associations, l’accessiblité n’est plus seulement l’affaire des personnes en fauteuil : “L’ensemble de la population française aspire à vivre à domicile le plus longtemps possible. Aujourd'hui en matière de santé publique on va vers plus d'ambulatoire, c'est-à-dire des soins à domicile. Vous pouvez vous casser une jambe demain, vous serez bien content d'avoir un logement accessible", justifie le directeur général de APF - France handicap.

Plusieurs associations demandent que le projet de loi soit revu. Il sera débattu au Parlement avant l’été!

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'oeil du 20h
L'oeil du 20h (L'oeil du 20h)