VIDEO. Grève des cheminots : la SNCF cherche-t-elle à verrouiller l’information ?

Pour filmer dans les gares et vous informer sur la grève des cheminots, il faut avoir l’autorisation de la SNCF, mais elle n’est pas donnée à tous les journalistes. Est-ce une tentative de verrouiller l’information ?

Voir la vidéo

En gare de Toulouse, à Nice et à Lille, pas d’autorisation de tournage ce matin pour France 2. Interdiction d’être sur les quais à Bordeaux lundi. Message de la SNCF à nos journalistes : “Nous autorisons uniquement sur le parvis”.  

Dans les gares parisiennes, comme à Marseille et Lyon, pendant la grève, nous n’avons obtenu qu’une seule autorisation, mardi matin deux petites heures. Une séquence très officielle avec un point presse, et une zone réservée à la presse, encadrée par les agents. Loin des passagers.

A ce moment là pourtant des passagers, il y en a beaucoup sur les voies. Nous avons pu les filmer. Avant d’être priés de quitter les lieux plus rapidement que prévu.   Mardi après-midi, interdiction d’accès à la gare de Lyon sans autorisation. Une responsable de la communication nous raccompagne. Elle nous explique : "Je vais etre obligée de rester à côté de vous tout le temps pour surveiller. Je ne peux pas vous encadrer parce que j’ai beaucoup de choses à faire, vous comprenez le problème" 

Contrôle des images ?

La SNCF chercherait-elle à contrôler les images de la grève ? La Direction s’en défend : “Nous ne pouvons pas avoir d’accompagnant pour toutes les demandes : pendant la  grève, leur nombre a été multiplié au moins par dix ! Nous en avons accordé plus d’une centaine.”  

En attendant la SNCF a pensé à nous informer ! Elle nous a envoyé ses propres images de la grève. Les gilets rouges qui informent des passagers, qui leur servent du café. Bref le bonheur ! Ils disent : "Heureusement qu'ils étaient là pour nous aiguiller !" ici"très attentifs à ce qu'on leur demande !" là, ou encore "vraiment tous très très sympa"...

Sauf que nous aussi, on a rencontré des passagers et ils disaient plutôt : "On sait pas quand est-ce qu'on va avoir de train, on sait pas quand on va rentrer, on sait pas quand est-ce qu'on va partir, à quelle heure on va se lever..." ou encore "Manque d'information !" ou "C'est l'horreur en fait !".

Au fait aujourd’hui, on a eu une autorisation de tournage ! Bon la grève était finie. Un hasard sans doute...