Premier ministre : l'importance du discours

a revoir

Présenté parMarie Drucker

Diffusé le 06/04/2014Durée : 00h30

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Merci Romain. Le discours de politique générale. Pour Manuel Valls, le quinquennat étant largement entamé, ce ne sera pas un discours-programme mais il sera important. C'est un exercice d'équilibrisme politique pour rassembler au-delà de la majorité et qui marque profondément son auteur.

C'est un texte qui se prépare dans la plus grande intimité de Matignon, le grand discours de politique générale. Jean-Marc Ayrault est le dernier à avoir fait cet exercice. Il y a 2 ans, il nous avaü avait plongés dans les coulisses de ce passage obligé.

Je veux garder la cohérence, on avance avec pour objectif le redressement du pays.

Convaincre les députés qui vont soutenir sa politique, c'est l'objectif de cette allocution, suivie par un vote de confiance. L'occasion aussi pour le Premier ministre d'imprimer sa marque.

Cela permet de découvrir le style, le ton, voire l'autorité du nouveau Premier ministre. Enfin, cela permet de faire des comparaisons avec ses prédécesseurs! Un.

des discours les plus célèbres de la Ve République a été celui de Jacques Chaban-Delmas, en 1969.

La nouvelle société que nous devons construire doit être aussi, faut-il le dire, une société solidaire.

Même ton chez Michel Rocard en 1988, qui avait largement séduit.

Je rêve d'une politique où on sois attentif à ce qui est dit plutôt qu'à qui le dit.

Un exercice périlleux que certains Premiers ministres ont tout simplement raté.

Edouard Balladur avait fait un très bon discours mais il n'est pas un grand orateur! Le discours le plus catastrophique était sans aucune comparaison possible celui d'Edith Cresson, qui a fait penser dès le premier jour que cela ne pouvait pas tenir.

Une allocution qui peut se transformer en mauvais départ.

Le JT
Les autres sujets du JT