Vidéo "Le Front national new-look, ça n'existe pas, ils sont toujours aussi dangereux", affirme Xavier Bertrand

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Xavier Bertrand s'appuie sur les sondages pour montrer qu'il a fait reculer le parti de Marine le Pen dans les Hauts-de-France.

"Le Front national new-look, ça n'existe pas, ils sont toujours aussi dangereux pour leurs idées", a déclaré jeudi 17 juin sur franceinfo Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, candidat divers droite à sa réélection. Il affirme être "le seul rempart contre le Front national" dans cette région et assure qu'il ne modifiera pas à sa liste en vue du second tour.

>> Elections régionales 2021 : qui sont les candidats dans votre région ?

Xavier Bertrand s'appuie sur les sondages pour montrer qu'il a fait reculer le parti de Marine le Pen dans les Hauts-de-France. "Voilà cinq ans, le Front national était au premier tour à 41%, il est aujourd'hui à 33%. Avec mes amis, nous étions à 25%, on est aujourd'hui au-delà", autour de 36% au premier tour. "Ça montre que la politique n'est pas finie, que quand on pense l'intérêt général, quand on s'occupe des gens, qu'on apporte des résultats, ils peuvent à nouveau faire confiance."

Sébastien Chenu, "le Richard Virenque des Hauts-de-France"

Le candidat de la droite attaque la liste du Rassemblement national dirigée par Sébastien Chenu. "Il a dans ses bagages les identitaires, Génération Identitaire qui a été dissous en mars 2021. Ce n'est pas pour rien qu'on dissout un mouvement, ce sont ceux qui poussent à la haine raciale, à l'affrontement entre les Français. Et monsieur Chenu avait recruté quelqu'un de Génération identitaire pour gérer ses comptes". Quand Sébastien Chenu assure qu'il n'était pas au courant du passé de cette personne, c'est "le Richard Virenque des Hauts-de-France, à l'insu de son plein gré", ironise Xavier Bertrand. Il pointe également "Damien Rieu qui est candidat aux cantonales" et qui est "le fondateur de Génération identitaire, le pire du pire", selon Xavier Bertrand.

"Au Front national, ils ont changé en rien, même la vitrine n'a pas changé. Et vous n'avez pas besoin d'aller voir dans l'arrière-boutique les sales méthodes, l'extrême droite."

Xavier Bertrand

à franceinfo

Xavier Bertrand continuera "à les dénoncer parce qu'ils profitent du malheur des gens", il estime avoir "cette responsabilité de barrer la route du Front national dans les Hauts-de-France et en France."

Est-il prêt à fusionner avec d'autres listes pour faire barrage au RN au second tour des élections régionales ? "Je resterai avec la même liste et le même projet", répond Xavier Bertrand. "Il n'y aura pas d'accord, il n'y aura pas de marchandage, il n'y aura pas de tambouille", insiste-il, prônant la transparence et le respect des électeurs. "Rentrez dans les magouilles et la tambouille, et les gens vous sanctionnent et ils ont raison", poursuit-il.

Xavier Bertrand affirme que, contrairement à lui, les candidats de "La République en marche, eux, ne sont jamais venus pour combattre le Front national. Ils sont venus pour me gêner, me faire trébucher ou me faire battre. Cinq ministres, et maintenant le président de la République lui-même qui vient dans la région", dit-il, en référence au déplacement d'Emmanuel Macon ce jeudi. "Mais les habitants de la région n'ont jamais été dupes, ça s'est vu comme un ours au milieu du couloir, c'était évident que ça ne fonctionnerait pas", assure le candidat à sa réélection.

>> Retrouvez l'ensemble des candidats de la région sur le site de France 3 Hauts-de-France

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Xavier Bertrand

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.