VIDEO. Indre : la maternité du Blanc est "dangereuse", tranche Agnès Buzyn

La ministre de la Santé, invitée mardi de franceinfo, a refroidi les espoirs des élus de l'Indre qui plaident en faveur du maintien de la maternité du Blanc. 

RADIO FRANCE / FRANCE INFO

La maternité du Blanc, fermée provisoirement depuis l'été, est "une maternité dangereuse", a estimé, mardi 16 octobre sur franceinfo, la ministre de la Santé et des solidarités, Agnès Buzyn, alors que le conseil de surveillance de l'hôpital de Châteauroux-Le Blanc doit se réunir le 19 octobre pour rendre sa décision sur l'avenir de l'établissement. 

Un audit implacable

"L’audit montre de très mauvaises pratiques dans cette maternité avec une méconnaissance des procédures d’urgence", a expliqué la ministre, ajoutant que "la liste de garde n'est pas remplie". "Il y a des journées entières, ou des nuits entières, lors desquelles, si une femme vient accoucher, il n'y a pas d'obstétricien pour faire une césarienne en urgence", a poursuivi Agnès Buzyn.

"Ce n’était pas la volonté du gouvernement [de fermer la maternité du Blanc]. Lorsque j'étais passée dans la région Centre, j'avais rassuré les élus en disant que si cette maternité pouvait poursuivre son activité, j'y étais favorable", rappelle Agnès Buzyn. Désormais, la ministre s'attelle à "organiser différemment la prise en charge des femmes par un centre de périnatalité" à la place des services actuels. "Cette situation existe dans beaucoup d'endroits en France, faute de professionnels formés, nous manquons d'obstétriciens au niveau national", a conclu la ministre de la Santé.

Jeudi dernier, 19 maires et 50 adjoints de l'Indre ont démissionné pour protester contre la fermeture de la maternité du Blanc.

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé.
Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)