Cet article date de plus de dix ans.

[Vidéo] En meeting à Cernay, Nicolas Sarkozy parle en même temps aux électeurs MoDem et FN

Mercredi 25 avril, Nicolas Sarkozy a tenu un meeting à Cernay près de Mulhouse, en Alsace. Le président sortant et candidat de l'UMP a tenté de s'adresser à la fois aux électeurs centristes et Front national, provoquant la colère de François Bayrou.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Nicolas Sarkozy à Cernay (ERIC FEFERBERG / AFP)

Mercredi 25 avril, Nicolas Sarkozy a tenu un meeting à Cernay près de Mulhouse, en Alsace. Le président sortant et candidat de l'UMP a tenté de s'adresser à la fois aux électeurs centristes et Front national, provoquant la colère de François Bayrou.

L'homonymie a parfois des résonances politiques. A Cernay, près de Mulhouse, Nicolas Sarkozy tente de desserrer le piège qui le cerne. Un coup vers la droite, un autre vers le centre, il s'adresse aux réserves électorales qui sont à sa disposition pour l'entre-deux-tours.

Clin d'oeil au Front national

A destination des électeurs FN, le candidat de l'UMP a évoqué une nouvelle fois le droit de vote des étrangers aux élections locales proposé par François Hollande.

"Ces femmes et ces hommes, je suis dans mon devoir de républicain candidat en leur disant: si vous ne participez pas au vote, si vous ne nous rejoignez pas, alors vous aurez le droit de vote pour les immigrés en France. C'est ce que vous voulez ou c'est ce que vous ne voulez pas?", lance M. Sarkozy devant plusieurs milliers de partisans.

Il embraye ensuite sur la régularisation des sans-papiers, évoquée par le candidat, hier sur TF1.

"Si les électeurs qui se sont portés sur la candidate du Front national veulent ça, alors qu'ils ne nous apportent pas leurs suffrages", poursuit-il.

Si les électeurs de Marine Le Pen "ne nous rejoignent pas, ils auront la politique exactement contraire à l'avertissement qu'ils ont voulu donner", insiste M. Sarkozy.

Appel du pied aux centristes

Mais le président de la République adresse un signe aux électeurs centristes en parlant de la règle d'or de retour à l'équilibre budgétaire, qu'il espère faire voter avant la fin de l'année 2012, s'il était élu.

"Tous les pays d'Europe se sont engagés à le faire (...). Si le Sénat devait s'opposer à l'adoption de cette règle, avant la fin de l'année 2012, j'organiserai un référendum pour demander au peuple français ce qu'il en pense", a-t-il poursuivi.

"Offensants et absurdes" dit François Bayrou

Des observateurs considèrent qu'il est impossible de s'adresser en même temps aux électeurs de Marine Le Pen et de François Bayrou.

Dans une une interview accordée aux quotidiens de l'Association des journaux de l'Est de la France, M Sarkozy tente de balayer cet argument. Il déclare que "les préoccupations des électeurs de François Bayrou et ceux du Front national sont les mêmes, même si les chemins sont différents".

Le président du MoDem a réagi dans après-midi auprès de l'AFP. Il juge ces propos "absurdes et offensants".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.