VIDEO. Changement de nom du FN : "Il n'y a pas de tabou", répond Marine Le Pen

"S'il s'avérait qu'un jour le changement de nom soit utile, c'est parce qu'il correspondrait à une réalité politique qui est l'élargissement du Front national bien au-delà de ses bases", a précisé la présidente du parti, dimanche, dans l'émission "C Politique", sur France 5.

France 5

La dédiabolisation du Front national peut passer par un changement de nom. Marine Le Pen n'a pas écarté cette éventualité, dimanche 15 décembre, dans l'émission "C Politique", sur France 5. "Il n'y a pas de tabou", a lancé la présidente du parti. Début décembre, le vice-président du FN Louis Aliot avait dit à ce sujet : "Nous sommes en élections, nous avons un congrès en octobre 2014, les adhérents du Front National discuteront de toutes ces choses-là si l'ordre du jour le prévoit (...). Aucun débat n'est à écarter, on est un mouvement démocratique".

"S'il s'avérait qu'un jour le changement de nom soit utile, c'est parce qu'il correspondrait à une réalité politique qui est l'élargissement du Front national bien au-delà de ses bases", a précisé la dirigeante sur France 5.

Reste que certains ont rejoint le FN avant de le quitter peu après"J'ai vu des tatouages de croix gammées sur deux ou trois personnes", a raconté, par exemple, Arnaud Cléré, ancien militant UMP qui a rejoint le Front national en mai 2013.

Marine Le Pen, présidente du Front national, au siège du parti, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 4 décembre 2013.
Marine Le Pen, présidente du Front national, au siège du parti, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 4 décembre 2013. (ERIC FEFERBERG / AFP)