Via Twitter, la droite s’immisce dans les tensions entre socialistes et écologistes

Après l'annonce de la démission du porte-parole d'Eva Joly, Yannick Jadot, via son compte Twitter, les "snipers" de la droite n'ont pas tardé à "tweet-dégainer". Objectif ? Occuper le terrain de la Web-campagne. Cible ? Socialistes et écologistes.

Le site de microblogging Twitter fait partie intégrante de la stratégie de campagne numérique des partis politiques
Le site de microblogging Twitter fait partie intégrante de la stratégie de campagne numérique des partis politiques (AFP)

Après l'annonce de la démission du porte-parole d'Eva Joly, Yannick Jadot, via son compte Twitter, les "snipers" de la droite n'ont pas tardé à "tweet-dégainer". Objectif ? Occuper le terrain de la Web-campagne. Cible ? Socialistes et écologistes.

de Yannick Jadot a eu l'effet d'une bombe. Le porte-parole d'Eva Joly a annoncé mercredi 23 novembre sa démission de son poste sur Twitter. Un sérieux coup sur la tête pour la candidate d'Europe-Ecologie-Les Verts (EELV), qui avait refusé plus tôt dans la journée d'appeler à voter pour François Hollande au second tour de la présidentielle.

Rapidement, la tension est encore montée d'un cran entre le PS et EELV sur les réseaux et en dehors, faisant les choux gras de la droite. Les "snipers" du Web se sont alors mis en ordre de bataille, une mécanique de plus en plus huilée à mesure que l'on se rapproche de la présidentielle.

Bille en tête, la députée UMP s'est emparée de l'affaire en attaquant directement les socialistes sur son fil Twitter, les taxant de "marionnettes" :

L'ancien secrétaire d'Etat à l'Outre-Mer redevenu député,Yves Jégo, (utilisateur de Twitter) qui tente d'imposer le hashtag #lagaucheçapromet depuis son arrivée sur le site de micro-blogging, n'a pas tardé à emboiter le pas à ses camarades :

, conseiller politique du Parti radical, a été encore plus loin évoquant un "cirque pitoyable" :

L'ancien ministre UMPqui a retrouvé l'Assemblée nationale, , a quant à lui regretté qu'Eva Joly fasse tout pour disparaître du paysage de la campagne présidentielle :

Eva Joly fait volte-face

Face à la cacophonie ambiante et sous la pression de ses alliés politiques, Eva Joly n'a pas tardé à redresser la barre pour remettre le cap sur François Hollande. , elle a assuré le candidat du Parti socialiste de son soutien... au second tour de la présidentielle :

Eva Joly change son fusil d'épaule ? Qu'à cela ne tienne, la droite continue a faire feu sur Twitter, à l'image de des Bouches-du-Rhône qui estime que la candidature de l'ancienne magistrate est désormais "caduque" :

"Bashing"

Les attaques croisées en politiques ne datent pas d'aujourd'hui. Mais une partie d'entre-elles a migré sur le Web, en particulier sur les réseaux sociaux, où elles peuvent trouver un maximum d'échos.

Cette nouvelle pratique qui consiste à faire feu sur un utilisateur de Twitter par la moquerie porte un nom : le "bashing". Eric Besson, François Hollande, Eva Joly...rares sont les politiques qui sont passés entre les mailles du "tweet-filet". Durant les cinq prochains mois, le moindre couac ou faux-pas de campagne circulera sur la Toile, se chargeant à chaque fois d'un peu plus d'échos, le plus souvent négatifs.

Dans les équipes de campagne, on peut imaginer une consigne soufflée à l'oreille des candidats... "Gare à vos tweets!"