Cet article date de plus de neuf ans.

Valls souhaite que DSK "ne se mêle pas" des primaires

Manuel Valls a exhorté mardi Dominique Strauss-Kahn à "ne pas se mêler pas de la bataille" des primaires. Il a également estimé qu'il avait "le droit et le devoir de s'expliquer".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Manuel Valls assure que Dominique Strauss-Kahn "reste" son "ami". (AFP - Patrick Kovarik)

Manuel Valls a exhorté mardi Dominique Strauss-Kahn à "ne pas se mêler pas de la bataille" des primaires. Il a également estimé qu'il avait "le droit et le devoir de s'expliquer".

Manuel Valls a déclaré mardi que Dominique Strauss-Kahn "restait" son "ami". Mais il lui demande de rester à l'écart de la primaire socialiste. "Qu'il reconstruise son lien avec les Français, qu'il ne se mêle pas de la bataille, du débat des primaires", a-t-il ajouté sur Canal Plus, l'exhortant à ne pas "rentrer dans les débats internes".

Malgré tout, le député-maire d'Evry n'écarte pas complètement son "ami". Il a affirmé "se réclamer" des postures politiques de l'ancien patron du FMI. "Le langage de vérité qu'il tenait sur les finances publiques, sur les réformes qu'il faut faire, sur concilier rigueur et justice sociale, cette équation politique, je m'en réclame", a-t-il déclaré. Pour lui, "l'équation politique que représentait Dominique Strauss-Kahn", "son expertise économique", est "toujours d'actualité".

Quant aux affaires dans lesquelles Dominique Strauss-Kahn est mis en cause, Manuel Valls a estimé qu'il avait "le droit et le devoir de s'expliquer". "Ceux qui attaquent l'homme -d'une manière que je considère comme peu noble -comme l'a fait Arnaud Montebourg, ceux qui semblent se détacher de DSK, parce que ce serait moins populaire d'être son ami, comme l'a fait (...) , oublient l'équation politique du bonhomme", a jugé M. Valls.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.