Vidéo Régionales : "Il faut faire barrage à la gauche extrême en Ile-de-France", martèle Valérie Pécresse

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Valérie Pécresse, présidente sortante (Libres!) de la région Ile-de-France et candidate à sa réélection, dénonce jeudi sur franceinfo l'alliance des listes de gauche en vue du second tour des régionales.

"Il faut faire barrage à la gauche extrême en Ile-de-France", a répété jeudi 24 juin sur franceinfo Valérie Pécresse, présidente sortante (Libres!) de la région Ile-de-France, candidate à sa réélection. Elle dénonce l'alliance des listes de gauche en vue du second tour des régionales, estimant que "le Parti socialiste en Ile-de-France a perdu son âme en acceptant cette alliance avec une gauche extrême qui n'a rien à voir avec son histoire". 

Dans cette région, le deuxième tour est "un faux match à quatre, c'est en réalité un duel. Il y a deux personnes qui sont aujourd'hui en mesure de l'emporter, c'est soit M. Bayou, soit moi", résume Valérie Pécresse.

"Face à moi, j'ai une alliance de la gauche avec EELV, qui selon Mme Hidalgo a un problème de rapport à la République, mais aussi avec tous les amis de M. Mélenchon et de La France insoumise."

Valérie Pécresse

à franceinfo

Valérie Pécresse vise notamment Clémentine Autain de LFI "qui a défilé aux côtés du CCIF, le Comité contre l'islamophobie en France qui a été dissous pour son rôle dans l'assassinat de Samuel Paty", assure-t-elle. Quant à Jean-Luc Mélenchon, il "a tenu des propos complotistes et défend les réunions racisées", estime la candidate de droite. "Cette gauche-là ne peut pas arriver à la tête de l'Ile-de-France, ce serait trop grave", assène-t-elle, agitant le risque de "faillite économique et républicaine".

Julien Bayou fait de la "tambouille politicienne"

La présidente sortante s'attaque aussi à l'écologiste Julien Bayou qui a pris la tête de la liste d'union de la gauche. "M. Bayou change de projet comme de chemise. Il voulait fermer l'aéroport du Bourget, aujourd'hui il ne le ferme plus. Mme Pulvar voulait la gratuité des transports, maintenant elle ne la veut plus. Ça s'appelle de la tambouille politicienne", assure Valérie Pécresse.

La candidate de la droite affirme qu'elle porte les "valeurs de la République" notamment avec sa charte de la laïcité qui "permet d'interdire toute subvention à une association qui refuse de signer pour les valeurs de la République, la laïcité, l'égalité des droits entre les femmes et les hommes. Monsieur Bayou et La France insoumise ont voté 29 fois pour l'annulation de cette charte de la laïcité. Alors monsieur Bayou, qui est en train de se travestir avec son observatoire de la laïcité, c'est une plaisanterie !", déclare celle qui veut incarner le "barrage à la gauche extrême ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Valérie Pécresse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.