Présidence de l'UMP : Nicolas Sarkozy ne veut pas débattre avec ses rivaux

Son directeur de campagne, Frédéric Péchenard, a expliqué au "Figaro" qu'il n'y aurait pas de débat public avec Hervé Mariton et Bruno Le Maire.

L\'ancien président de la République Nicolas Sarkozy et son ancien ministre de l\'Agriculture Bruno Le Maire, le 28 juin 2011 à Sablé-sur-Sarthe (Sarthe).
L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy et son ancien ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire, le 28 juin 2011 à Sablé-sur-Sarthe (Sarthe). (PHILIPPE WOJAZER / AFP)

Il n'y aura pas de débat entre les candidats à la présidence de l'UMP. Frédéric Péchenard, directeur de campagne de Nicolas Sarkozy, a déclaré mercredi 24 septembre au Figaro que son candidat "ne participera[it] à aucun débat public avec Bruno Le Maire et Hervé Mariton" malgré le souhait de ces derniers.

"C'est un débat interne, qui n'a pas vocation à se dérouler devant les Français", a estimé l'ancien policier. Pour le camp Sarkozy, le parti est "suffisamment fragilisé" pour ne pas se livrer à un tel exercice. Si, en 2012, il y avait eu un débat entre Jean-François Copé et François Fillon, il n'y en avait pas eu en 2004 quand Nicolas Sarkozy avait pris la présidence du parti.

Selon le journal, l'ancien président, sûr de sa victoire, veut limiter autant que possible son exposition médiatique. "On a beau avoir un médaillé d'or aux Jeux olympiques, quand on commence la compétition, on reste concentré sur le premier tour, et on ne crie pas victoire", explique Frédéric Péchenard. Chez les soutiens de Nicolas Sarkozy, l'objectif affiché est de recueillir 70% des voix des militants UMP en novembre.