Cet article date de plus d'un an.

Vidéo En 1974, Simone Veil montait à la tribune de l'Assemblée nationale pour défendre le droit à l'avortement

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Un discours qui marquera l'histoire.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Un discours qui marquera l'histoire.

"La loi les rejette non seulement dans l'opprobre, la honte et la solitude mais aussi dans l'anonymat et l'angoisse des poursuites."

Dans un discours poignant qui marquera l'histoire, Simone Veil jadis ministre de la Santé défendait sans vergone le droit à l'avortement. "Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l'avortement. Il suffit d'écouter les femmes. C'est toujours un drame… C'est toujours un drame, cela restera toujours un drame", lançait-elle.

"C'est pourquoi si le projet qui vous est présenté tient compte de la situation de fait existante, s'il admet la possibilité d'une interruption de grossesse, c'est pour la contrôler et autant que possible en dissuader la femme", prononçait-elle.

Pendant 25 heures de débat, Simone Weil a affronté 74 orateurs et tenu tête. La loi sur l'IVG a alors été votée par 284 voix contre 189, le 29 novembre 1974, à 4 heures du matin. Dans la foulée, 331 médecins ont avoué publiquement la pratiquer.

La loi légalisant l'IVG est promulguée le 17 janvier 1975.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Simone Veil

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.