Portraits de Simone Veil vandalisés : "Une croix gammée sur le portrait d'une rescapée de la Shoah, c'est juste abject", réagit l'artiste C215

L'artiste, qui a réalisé les portraits de Simone Veil, estime par ailleurs que "derrière le symbole de Simone Veil, il y a aussi la mémoire de tous les déportés et de toutes les victimes de la Shoah et de leurs familles et descendants".

Christian Guémy, alias C215, est l'auteur des portraits de Simone Veil qui ont été recouverts de croix gammées sur des boîtes aux lettres dans le 13e arrondissement de Paris lundi 11 février. "Une croix gammée sur le portrait d'une rescapée de la Shoah, c'est juste abject", a-t-il réagi mardi sur franceinfo. "Quand j'ai réalisé les portraits, je n'imaginais pas que cela puisse être dégradé de la sorte", a-t-il souligné.

"Mémoire de tous les déportés"

"Derrière le symbole de Simone Veil, il y a aussi la mémoire de tous les déportés et de toutes les victimes de la Shoah et de leurs familles et descendants", a-t-il dit. C215 a rendu hommage à la femme de combat : "Simone Veil, à elle toute seule, a concentré tant de combats républicains. Le droit des femmes à disposer de leur corps, l'égalité homme-femme, une justice plus humaine dans les conditions de détention, la construction européenne, la réconciliation franco-allemande, l'exemplarité d'une femme dans la méritocratie qui s'est élevée au plus haut rang dans l'État par sa qualité et son excellence."

À propos de la proposition de la sénatrice Fabienne Keller de donner à Marianne les traits de Simone Veil, C215 s'est montré réservé : "Je crois qu'on devrait se préoccuper d'une Marianne du futur et non pas une Marianne du passé", a-t-il réagi. "Je crois que le trombinoscope de la petite Française qui pourrait incarner la Marianne de demain n'est pas forcément une jeune fille des années 50 ou des années 40. On devrait un peu plus penser à l'intégration et à l'évolution démographique de la France", a-t-il estimé.

L\'artiste C215, le 12 février 2019 sur franceinfo.
L'artiste C215, le 12 février 2019 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)