Cet article date de plus de dix ans.

Selon Ipsos, l'entrée en campagne de Nicolas Sarkozy ne lui a pas profité en intentions de vote

Sa déclaration officielle de candidature n'a pas permis à Nicolas Sarkozy d'en tirer un dividende mesurable en intentions de vote. Selon un sondage Ipsos, François Hollande devance toujours le président sortant avec le même différentiel : 7 points.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Sarkozy et Hollande (montage) (ERIC FEFERBERG FRED DUFOUR / AFP)

Sa déclaration officielle de candidature n'a pas permis à Nicolas Sarkozy d'en tirer un dividende mesurable en intentions de vote. Selon un sondage Ipsos, François Hollande devance toujours le président sortant avec le même différentiel : 7 points.

François Hollande, 32%, et Nicolas Sarkozy, 25%. Les scores d'intentions de vote des deux leaders des sondages n'ont pas varié avec l'annonce de la candidature du président de la République, le 15 février.

Tel est le premier enseignement d'un sondage Ipsos réalisé pour France Télévisions, Radio France, Le Monde, les 17 et 18 février, qui est diffusé mardi 21 février.

Dans une précédente enquête des 3 et 4 février, le même institut créditait respectivement ces deux protagonistes des mêmes pourcentages. Il ne s'est écoulé que deux à trois jours entre la déclaration de M. Sarkozy sur TF1 et le "terrain" de ce sondage mais l'effet-booster - si tel effet il doit y avoir - ne s'est pas fait ressentir pour le chef de l'Etat. Pas encore, peut-être ?

De même, les retraits de Christine Boutin (Parti chrétien-démocrate) et d'Hervé Morin (Nouveau centre) en sa faveur ne lui apportent pas un plus décelable pour le moment.

Le Pen reste stable, Bayrou recule, Mélenchon grignotte

Derrière, la situation apparaît figée pour Marine Le Pen (Front national) qui reste stable à 16% alors qu'elle se détériore pour François Bayrou (MoDem) qui recule à 11% (- 1,5 point). A contrario, Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) grignotte un peu de terrain à 9% (+ 0,5).

Les sept autres candidats mesurés par Ipsos se situent tous sous la barre des 5%. Ils enregistrent, pour certains d'entre eux, une très faible variation. Eva Joly (Europe écologie-Les Verts) mène le peloton avec 3% devant Dominique de Villepin (République solidaire) à 1,5% et Corinne Lepage (Cap21) à 1%.

Trois autres sont à 0,5% : Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Philippe Poutou (NPA) et Nicolas Dupont-Aignan (La France debout). Le candidat de Chasse, pêche, nature et traditions, Frédéric Nihous, est à zéro.

Pour 57% des personnes interrogées (+ 4 points), indique Ipsos, il s'agit de choix définitifs.

Le problème du report des voix pour Sarkozy

Au second tour, le rapport de force entre MM. Hollande et Sarkozy reste quasiment le même depuis deux mois et demi, à 59% contre 41% en faveur dui candidat socialiste. Là, le choix est définitif pour 75% des sondés (- 4 points).

Ce qui reste le plus problématique pour M. Sarkozy à travers l'examen des données de ce sondages, c'est le report des voix au second tour des candidats Le Pen et Bayrou.

Autant, le report des voix de M. Mélenchon se fait massivement (plus de 80%) sur M. Hollande, autant celui des voix de Mme Le Pen et de M. Bayrou est éclaté.

Près de la moitié des électeurs de la candidate d'extrême droite se réfugient dans l'abstention tandis qu'un tiers se porte sur le président sortant (un sur cinq choisit M. Hollande). Pour sa part, l'électorat du candidat centriste se partage grosso modo en trois tiers : une pour M. Sarkozy, un pour M. Hollande et un pour l'abstention.

Les souhaits de victoire sont favorables à Hollande

En termes de souhaits de victoire, le député de la Corrèze est sensiblement au même niveau que M. Sarkozy en mars 2007 : 30% contre 31%.

Et le président sortant, lui, est dans les mêmes eaux que Ségolène Royal toujours en mars 2007 : 22% cntre 24%. Pour sa part, M. Bayrou divise son score par deux : 7% contre 15%.

S'agissant, enfin, du pronostic des Français quant à la victoire finale, l'écart entre les deux finanlistes supposés est de 9 points (39% pour M. Hollande et 30% pour M. Sarkozy) alors qu'il était de 33 points en mars 2007 (49% pour M. Sarkozy et 16% pour Mme Royal).

Consulter le rapport baromètre Ipsos :

Sondage réalisé les 17 et 18 février auprès d'un échantillon représentatif de la population française de 969 personnes interrogées par téléphone.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.