"Toutes les pièces justificatives sont disponibles" : Ségolène Royal réagit à l'enquête préliminaire sur l'utilisation des fonds en tant qu'ambassadrice des pôles

Dans ce message, l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle détaille et réfute certaines accusations dont elle fait l'objet, alors que le Parquet national financier a annoncé l'ouverture d'une enquête. 

Ségolène Royal s\'exprime à l\'occasion du Climate Finance Day, à Paris, le 11 décembre 2017. 
Ségolène Royal s'exprime à l'occasion du Climate Finance Day, à Paris, le 11 décembre 2017.  (ERIC PIERMONT / AFP)

Ségolène Royal se défend sur Facebook. Dans un long texte posté sur le réseau social mercredi 15 janvier, l'ancienne ministre de l'Environnement réagit à l'ouverture d'une enquête préliminaire la visant par le Parquet national financier. Cette enquête doit faire la lumière sur l'usage fait des moyens mis à sa disposition pour son poste d'ambassadrice des pôles, à la suite des révélations de la cellule investigation de Radio France.

Ce message intervient alors que le Premier ministre Edouard Philippe a demandé de la "clarté" à Ségolène Royal sur cette mission, en rappelant sa "nécessaire obligation de réserve" après qu'elle s'est montrée particulièrement critique vis-à-vis du gouvernement. Ségolène Royal avait été nommée à ce poste en 2017 par le gouvernement. La fin de ses fonctions d'ambassadrice doit être officialisée lors du Conseil des ministres du vendredi 24 janvier.

"Les règles de rigueur qui s'imposent ont été parfaitement respectées"

"Cette enquête est parfaitement légitime dans une démocratie où la transparence sur l’utilisation des fonds publics est de rigueur", réagit Ségolène Royal sur Facebook. "Dans le cadre de cette enquête, toutes les pièces justificatives sont disponibles sur chacune des insinuations formulées", poursuit l'ancienne ministre.

Dans ce message, Ségolène Royal détaille en partie les accusations dont elle fait l'objet : accusée d'avoir été absente lors de réunions du Conseil de l'Arctique, elle assure que "sur les 12 réunions initialement revendiquées par mes accusateurs, ils n’ont pu en justifier qu’une seule comme je l’avais dit suite aux vérifications administratives." 

Concernant l'utilisation de moyens du ministère pour se déplacer ou faire se déplacer ses collaborateurs à l'occasion des dédicaces de son dernier livre Ce que je peux enfin vous dire, l'ancienne ministre assure par ailleurs, "preuves à l'appui", que les frais ont été pris en charge par les éditions Fayard. 

Elle détaille ensuite le montant des dépenses de fonctionnement à la charge du ministère ("41 57 euros" en 2018 et "20 207 euros" en 2019 pour elle et ses quatre collaborateurs) avant de conclure que "les règles de rigueur qui s’imposent ont été parfaitement respectées".