Cet article date de plus de huit ans.

Les enregistrements de Patrick Buisson choquent la droite

Les ténors de l'opposition montent au créneau après la publication dans la presse de conversations entre Nicolas Sarkozy et son ancien conseiller.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le député UMP Henri Guaino, le 2 février 2014, à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)

"Une sorte de viol" pour Henri Guaino, "inacceptable" pour Jean-Pierre Raffarin, "détestable" pour Rachida Dati... A droite, la classe politique n'a pas de mots assez durs pour condamner les enregistrements de Patrick Buisson, mercredi 5 mars. Les discussions entre Nicolas Sarkozy et son ex-conseiller, enregistrées en 2011 et révélées par Le Canard enchaîné et le site Atlantico, égratinent certains ministres du gouvernement de François Fillon. Francetv info fait le tour des principales réactions politiques.

François Fillon : "C'est répugnant"

L'ancien Premier ministre a qualifié les enregistrements de "répugnants"Dans un enregistrement d'une réunion à la Lanterne, à Versailles, diffusé par Atlantico, Nicolas Sarkozy envisage de remplacer François Fillon dans le cadre du remaniement ministériel prévu le 27 février 2011. L'ancien président déclare : "Même si Fillon n'est pas décevant, il est comme on le sait."

Henri Guaino : "Il faut être malade"

"Une trahison" : Henri Guaino a vivement réagi sur France info. Le député UMP des Yvelines s'est dit surpris et a même parlé d'"effarement" : "Le constat aujourd'hui est qu'à la fois la confiance a été trahie (…) et aussi que nous vivons tous cet évènement comme une sorte de viol."

"C'est quelque chose de très dur à accepter", a ajouté Henri Guaino"Il y a apparemment des dizaines, des centaines d'heures [d'enregistrement]. Il faut être malade." L'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy a dit n'avoir pris "aucune décision" quant à d'éventuelles poursuites à l'encontre de Patrick Buisson.

Roselyne Bachelot : "Je ressens du dégoût"

L'ancienne ministre de la Santé et des Sports de François Fillon s'est exprimée sur D8 : "Je ressens du dégoût devant un conseiller qui trompe la confiance du président de la République, qui le trahit en enregistrant à son insu des réunions de travail et des conversations privées qu’il tient avec son épouse."

La chroniqueuse de l'émission "Le Grand 8" a également réagi aux commentaires faits sur sa personne dans l'un des enregistrements : "Une seule chose me fait rire : le commentaire qu’il fait sur moi. Finalement, c’est un honneur de ne pas avoir les compliments de Monsieur Buisson."

Rachida Dati : "Des pratiques détestables" 

"Je trouve que ces pratiques sont détestables", a lâché Rachida Dati au micro de RTL. L'ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy a ajouté : "Ce qui me gêne dans la retranscription, c'est qu'on met tout sur le même plan : vous avez des réunions, formelles, informelles, officielles, dans le bureau de l'Elysée avec le président de la République où l'on débat de remaniement, de choses importantes."

La maire UMP du 7e arrondissement de Paris a également estimé que ce genre de pratiques affaiblissait les institutions : "Après il ne faut pas s'étonner qu'on ne vote plus pour nous."


Christian Jacob : "Un voyeurisme qui me choque"

Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, a fait part de son indignation sur iTélé : "C'est inacceptable. Que l'on enregistre un entretien, à partir du moment où le dictaphone est sur la table, pourquoi pas, c'est une méthode de travail qui peut en valoir une autre. Mais le faire à l'insu de son interlocuteur et dans des moments qui sont visiblement hors entretiens particuliers, je trouve cela inacceptable." 

"On rentre dans un voyeurisme qui me choque, a-t-il ajouté. Dieu merci, les Français font la part des choses."

Jean-Pierre Raffarin : "De quoi tomber de sa chaise"

"Il y a de quoi tomber de sa chaise." L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a lui aussi été choqué par la lecture du Canard enchaîné. "Je n'ai jamais vu ça. (...) Quand vous commencez à écouter quelqu'un à son insu, ça veut dire qu'il n'y a pas de relation de confiance, que vous préparez des mauvais coups..." 

Pour le sénateur UMP de la Vienne, c'est une attitude d'autant plus grave de la part d'un proche conseiller de l'Elysée : "C'est complètement désespérant de la nature humaine, c'est quelque chose de profondément choquant, que je ne comprends pas."

FRANCE 2

Michel Mercier : "Des méthodes de médiocre"

Michel Mercier, garde des Sceaux de 2010 à 2012, est cité nommément dans un extrait sonore publié sur le site Atlantico. Le sénateur UDI du Rhône a qualifié de "méthodes de médiocre" les enregistrements pratiqués par Patrick Buisson.

"Après, concernant ce qu'il raconte sur moi, ça n'a aucune espèce d'importance. Chacun peut avoir une idée sur tel ou tel personnage public. Moi, je n'attache aucune importance à ce que peut penser Patrick Buisson. Je ne partage pas ses idées politiques. Qu'il ne partage pas ma façon de faire, c'est tout à fait normal", a poursuivi Michel Mercier, qui avait succédé à Michèle Alliot-Marie place Vendôme.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Buisson

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.