Saint-Etienne : le maire Gaël Perdriau définitivement exclu du parti Les Républicains

Le maire de Saint-Etienne est mis en cause dans une affaire de chantage à la vidéo intime. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau, le 26 septembre 2022. (R?MY PERRIN / MAXPPP)

Gaël Perdriau est définitivement exclu du parti Les Républicains, rapporte mardi 11 octobre, France Bleu Saint-Etienne LoireUne décision qui arrive un peu plus d'un mois après les révélations de Mediapart sur un chantage à la vidéo intime pour lequel le maire de Saint-Etienne est mis en cause. L'élu est accusé d'avoir fait chanter l'ancien premier adjoint à la Ville, Gilles Artigues. Ce dernier a déposé une plainte pour "chantage aggravé, guet-apens en bande organisée, détournement de fonds publics et non-dénonciation de faits délictueux".

Cette exclusion n'est pas une surprise

Le parti avait lancé la procédure d'exclusion du maire le 13 septembre dernier. Par ailleurs, depuis la révélation de cette affaire, plusieurs appels à la démission ont été lancés. Des élus – de gauche et de droite – de la métropole de Saint-Etienne ont signé une pétition en sens. Le monde économique de la Loire a publié un communiqué le 15 septembre dernier, dans lequel il rappelle son "attente d’éthique forte de la part des responsables politiques locaux en qui la confiance des citoyens a été placée" et pour "interpeller fortement les élus de Saint-Étienne Métropole et de la Ville de Saint-Étienne sur la nécessité et l’urgence de prendre les  mesures nécessaires pour que la Gouvernance retrouve sérénité, travail d’équipe et exemplarité au sein des institutions locales".

Face au scandale, Gaël Perdriau a limogé son directeur de cabinet et a renoncé à ses fonctions représentatives à la ville et à la Métropole. L'un de ses adjoints, nommément accusé d'avoir tourné une vidéo compromettante, a présenté sa démission. Lors d'un Conseil municipal le 26 septembre dernier, le maire de Saint-Etienne a clamé son innocence. "Ce n'est pas parce qu'on est accusé qu'on est coupable", a-t-il déclaré. Il a dénoncé un "lynchage politique et médiatique".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.