Chantage à la vidéo intime : le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau se met en retrait de la présidence de la métropole

Gaël Perdriau a cédé à la pression des élus de la métropole, qui ont demandé la semaine dernière son retrait. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, le 17 septembre 2022. (REMY PERRIN / MAXPPP)

Gaël Perdriau a annoncé aux vice-présidents de Saint-Etienne Métropole qu'il se mettait en retrait de ses fonctions de président, rapporte jeudi 22 septembre France Bleu Saint-Etienne Loire.

Christophe Faverjon, vice-président de Saint-Etienne Métropole, précise à franceinfo que si une "mise en retrait" n'existe pas d'un point de vue réglementaire, Gaël Perdriau a décidé de "confier la représentation extérieure de la Métropole à ses vice-présidents, de confier au premier vice-président les discussions qui sont en cours sur le contrat de plan Etat-région et de confier la présidence de la prochaine session du conseil métropolitain, le 29 septembre, au premier vice-président". 

Le maire de Saint-Étienne a donc dû céder à la pression des élus métropolitains, face au scandale de la sextape. Une écrasante majorité d'entre eux avait déjà réclamé son retrait, la semaine dernière, lors d'une réunion tendue. Ces mêmes élus métropolitains exigeaient également que Gaël Perdriau évince son directeur de cabinet, Pierre Gauttieri, ce qui a été fait le mardi 20 septembre. Concernant la mairie de Saint-Étienne, une réunion est également prévue jeudi soir, selon les informations de France Bleu Saint-Etienne.

Gaël Perdriau, son ex-directeur de cabinet Pierre Gauttieri et sa directrice de cabintet adjointe Claire Vocanson sont soupçonnés d'être impliqués, à différents niveaux, dans un chantage à la sextape qui a duré des années à l'encontre de Gilles Artigues, l'ancien premier adjoint du maire de Saint-Etienne. L'affaire a été révélée par Mediapart le 26 août dernier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Les Républicains - LR

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.