Saint-Brevin : la maire va déposer une quatrième plainte contre les "intimidations" de l'extrême droite

Cette plainte, qui n'est pas encore déposée, concerne le site Riposte Laïque, pour un nouvel article "contenant des propos injurieux et ouvrant la porte à des commentaires dégradants et menaçants", a expliqué l'élue lundi.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La maire de Saint-Brevin (Loire-Atlantique), Dorothée Pacaud, prononce un discours le 9 juin 2023. (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

La maire de Saint-Brevin-les-Pins (Loire-Atlantique), Dorothée Pacaud (sans étiquette), élue le 9 juin dernier, s'apprête à déposer une quatrième plainte contre les "intimidations" de l'extrême droite, a-t-elle annoncé lundi 19 juin.

La maire de la commune qui, comme son prédécesseur, est la cible d'invectives de l'extrême droite depuis plusieurs mois, a choisi de porter plainte "à chaque fois que c'est judiciairement possible". Ses deux premières plaintes ont été déposées lorsqu'elle était encore maire par intérim de cette station balnéaire de 14 800 habitants, après la démission fracassante de son prédécesseur Yannick Morez, le 9 mai, visé lui-même par des menaces et des violences venues de l'extrême droite.

"Des propos injurieux"

La première plainte de Dorothée Pacaud concerne un courrier envoyé à la mairie de Saint-Brevin et signé d'un faux nom qui contenait des propos injurieux envers Yannick Morez et elle-même. La seconde plainte vise le site d'extrême droite Riposte laïque décrivant Dorothée Pacaud comme une élue "pro-migrants" et une "femme dangereuse pour Saint-Brevin". Initialement publié en février, il avait été republié le jour de l'annonce de la démission de M. Morez.

Sa troisième plainte a été déposée le 15 juin contre le Collectif de préservation de la Pierre Attelée, composé de riverains opposés au transfert d'un centre d'accueil pour demandeurs d'asile (CADA) sur la commune, pour des propos publiés sur leur page Facebook. La quatrième plainte, qui n'est pas encore déposée, concerne à nouveau le site Riposte Laïque, pour un nouvel article "contenant des propos injurieux et ouvrant la porte à des commentaires dégradants et menaçants", précise l'élue.

L'édile confie également avoir reçu ce week-end dans sa boîte aux lettres un tract "faisant des amalgames odieux entre Saint-Brevin, Annecy et des faits divers abominables", un document distribué selon elle à d'autres élus de la commune et pour lequel elle ne portera pas plainte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.