Cet article date de plus de quatre ans.

Rokhaya Diallo évincée du Conseil national du numérique : "Le gouvernement a cédé à une pression" de la "fachosphère"

Invitée de franceinfo mercredi, la militante antiraciste est revenue sur son éviction polémique du Conseil national du numérique. Elle pointe du doigt la fachosphère et une frange politique hostile aux positions qu'elle défend. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La militante Rokhaya Diallo lors d'une manifestation près du terminal de Calais (Pas-de-Calais), le 18 décembre 2014. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

"Le gouvernement a cédé à une pression" de la "fachosphère", a regretté, mercredi 20 décembre sur franceinfo, Rokhaya Diallo, la militante antiraciste, après son éviction polémique du Conseil national du numérique (CNNum).

Le gouvernement a cédé à une pression qui émanait, d'une part, de la fachosphère et, d'autre part, d'une frange de la sphère politique qui est assez hostile aux positions que je défends, notamment sur les questions de racisme.

Rokhaya Diallo

à franceinfo

La présidente du Conseil national du numérique (CNNum), Marie Ekeland, et 25 de ses membres ont démissionné mardi pour protester contre la remise en cause, par le gouvernement, de la présence de la militante féministe et antiraciste Rokhaya Diallo et du rappeur Axiom parmi les membres de l'instance récemment nommés.

"Je suis extrêmement touchée par cet élan", a-t-elle réagi. Elle a remercié Marie Ekeland "pour sa confiance et son courage". La présidente démissionnaire s'est dite "choquée par les caricatures auxquelles Rokhaya Diallo et Axiom ont été réduits". Il est reproché notamment à Rokhaya Diallo d'avoir parlé à plusieurs reprises de "racisme d'Etat".

"Mon devoir de citoyenne d'être critique"

Pour la militante antiraciste, cette polémique "est une sorte de peur du gouvernement de déplaire à quelques personnes alors même qu'un arrêté a été signé par le Premier ministre" qui actait la nomination des membres du CNNum.

Rokhaya Diallo est revenue sur l'historique de sa nomination."La semaine dernière les nominations ont été effectivement annoncées mais il n'y avait pas de polémique avant que Mounir Mahjoubi [secrétaire d'État chargé du numérique] émette un communiqué indiquant qu'il avait demandé à Marie Ekeland de proposer une nouvelle mouture de la liste des personnes du CNNum, a-t-elle expliqué. La polémique est intervenue dès lors qu'il a fait savoir que ma présence n'était plus bienvenue."

"Je suis très critique par rapport à mon pays et par rapport à son racisme et je pense que c'est mon devoir de citoyenne d'être critique et exigeante, s'est-elle justifiée. Cela ne m'empêche pas, lorsque la possibilité m'en est faite de vouloir essayer d'améliorer ce que j'estime être problématique."

Rokhaya Diallo évincée du Conseil national du numérique : "Le gouvernement a cédé à une pression" de la "fachosphère"
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.