Cet article date de plus de huit ans.

Rodez : le conseiller de François Hollande retenu 4 heures

En marge de l'inauguration par François Hollande du musée Pierre Soulages, à Rodez, une délégation de la Confédération paysanne a retenu pendant trois heures un conseiller du président pour lui réclamer la libération de 5 militants de l'organisation accusée de démontage de la ferme des Milles Vaches en Picardie.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Démonstration de force de la Confédération paysanne vendredi à la préfecture de l'Aveyron, à Rodez  © Radio France / Olivier Bost)

A Rodez, les policiers ont fait usage de bombes lacrymogène ce vendredi matin pour tenir à distance des manifestants qui voulaient semble-t-il s’inviter à l’inauguration, par François Hollande, du musée Pierre Soulages.

Parmi les manifestants, des intermittents du spectacle mais surtout des membres de la Confédération paysanne. Cinq d’entre eux, qui avaient rendez-vous à la Préfecture avec le conseiller agriculture du chef de l'Etat , l'ont retenu  "dans une pièce fermée à clé ", confirmait Olivier Bost sur place pour France Info à la mi-journée. 

 

  (Un membre de la Confédération paysanne apporte de quoi déjeuner aux membres du syndicat enfermé dans un bureau de la Préfecture avec le conseiller agriculture du Président © Radio France /Olivier Bost)

Un coup de force relayé sur Twitter par la Confédération paysanne, qui parle de "garde à vue". Le syndicat d'agriculteurs qui demande la libération de ses membres soupçonnés de dégradations sur le chantier de la ferme dite des "Mille vaches" dans la Somme et qui étaient "en cours de défèrement" ce vendredi matin à Amiens.

 

Le conseiller du président a été libéré peu avant 14 heures, après que les syndicalistes aient obtenu la libération de cinq de leurs militants détenus dans la Somme pour avoir démonté la ferme des Mille Vaches. Les cinq gardés à vue ont été relâchés et pour certains, placés sous contrôle judiciaire, en attendant leur comparution devant le tribunal correctionnel d'Amiens le 1er juillet. Ils répondront de recel ou de vol aggravé. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.