Rencontres de Saint-Denis : l'abandon du référendum sur l'immigration "est une bonne nouvelle, j'étais assez choquée que ce soit à l'ordre du jour", déclare Marine Tondelier

Selon les participants aux rencontres de Saint-Denis, Emmanuel Macron et les chefs de partis ont conclu qu'un référendum sur l'immigration n'était pas d'actualité en l'absence de consensus sur le sujet.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Marine Tondelier, secrétaire nationale d’Europe Ecologie-les Verts, conseillère régionale des Hauts-de-France, le 18 septembre à Matignon. Photo d'illustration. (THOMAS SAMSON / AFP)

"Emmanuel Macron écoute beaucoup plus de son oreille droite que de son oreille gauche", affirme vendredi 17 novembre à franceinfo Marine Tondelier, secrétaire nationale d’Europe Ecologie-les Vert après les rencontres de Saint-Denis. Mais pour autant, elle a estimé qu'elle n'avait "pas perdu sa journée", puisque la discussion "a permis d'enterrer" l'idée d'un référendum sur l'immigration. "C'est une bonne nouvelle, j'étais assez choquée que ce soit à l'ordre du jour", a confié la secrétaire nationale, "cela aurait encore divisé la France pendant des mois".

"Il faut arrêter de faire croire aux Français que tous leurs problèmes sont liés à l'immigration."

Marine Tondelier, secrétaire nationale d’EELV

à franceinfo

 

La réunion a également permis d'amener d'autres sujets sur la table, pas forcément prévus à l'ordre du jour, comme l'écologie, Marine Tondelier a affirmé qu'elle avait pu "exprimer [s]on fort mécontentement sur la positon très lâche, hypocrite et délétère de la France" face au prolongement de l'autorisation du glyphosate dans l'Union européenne.

L'élue des Verts a enfin évoqué la proposition de loi constitutionnelle sur l'IVG et son inscription dans la Constitution. Emmanuel Macron a annoncé que le texte sera présenté en Conseil des ministres le 13 décembre, débattu au Sénat au premier trimestre 2024 et qu'il fera l'objet d'un congrès d'ici mars 2024. "Évidemment, ça me réjouit. Je note que personne n'en a parlé à la sortie. Peut-être que mes collègues masculins n'y ont pas été très sensibles. En tant que féministe, je me dis qu'au moins, je n'aurais pas fait le déplacement pour rien", conclut Marine Tondelier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.