Cet article date de plus d'un an.

Remaniement : "La main était tendue, et continue de l'être aux oppositions", assure Olivier Véran, porte-parole du gouvernement

Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, assure mardi sur France Inter, que "la confiance utile" sera démontrée par le gouvernement par sa capacité à "faire voter des lois", "en co-construction avec les oppositions".

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Olivier Véran, le 4 juillet 2022, au palais de l'Elysée. (CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL)

"La main était tendue, et continue de l'être aux oppositions. Y a-t-il des oppositions républicaines qui souhaitent travailler avec nous dans un collectif ?", s'est interrogé mardi Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, sur France Inter.

Le vote de confiance "n'est pas nécessaire", a justifié Olivier Véran après le choix de la Première ministre Elisabeth Borne de ne pas solliciter la confiance du Parlement. "Le vote de confiance est fait pour montrer aux Français que la majorité absolue est une majorité absolue. En l'occurrence, il y avait des écueils à éviter", précise le remplaçant d'Olivia Grégoire au poste de porte-parole du gouvernement. Olivier Véran assure que "la confiance utile" sera démontrée par le gouvernement par sa capacité à "faire voter des lois", "en co-construction avec les oppositions".

Le débauchage, c'est "fini" et "ça ne sert à rien"

"Le débauchage individuel, c'est fini, ça ne sert à rien", a également affirmé Olivier Véran, alors que les postes de ministres vacants ont été attribués à des membres de la majorité. "Est-ce que vous croyez que, si vous allez attraper un député écolo, communiste ou LR, tout d'un coup, le groupe qui l'entourait va se dire 'super, on venir travailler avec le gouvernement' ? Non, il va ostraciser le député en question. Une prise de guerre n'a pas d'impact ni sur la politique conduite ni sur le cadre de la majorité", justifie le porte-parole du gouvernement.

L’accès à l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) est "un droit fragile", regrette Olivier Véran.

"Il faut nous donner les moyens de faire en sorte que certains droits ne puissent jamais être remis en cause."

Olivier Véran

à France Inter

"Il faut identifier les voies et moyens les plus utiles et les plus adaptés pour faire en sorte que jamais un chef d'Etat ou un gouvernement dans 5, 10, 15 ou 20 ans puisse considérer que les droits des femmes puissent être bafoués", poursuit le porte-parole du gouvernement sans préciser si le gouvernement envisage d'inscrire l'accès à l'IVG dans la Constitution française.

Face à la septième vague du Covid en France, Olivier Véran assure que l'obligation du port du masque dans certains lieux n'est pas à l'ordre du jour. "Les Français ont parfaitement intégré l'idée que le masque les protège et que certaines situations sont plus à risque que d'autres. Dans les transports en commun ou dans les lieux bondés, on voit les masques qui réapparaissent sur les visages et je pense que c'est raisonnable de le faire lorsque vous avez des journées à plus de 150 000 cas diagnostiqués", précise le porte-parole du gouvernement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.