Cet article date de plus de six ans.

Régionales : combien coûte le retrait d'une liste ?

Le parti socialiste a donc retiré deux de ses listes et retiré l'investiture à celle de Jean-Pierre Masseret dans le Grand Est. Un retrait n'est pas seulement douloureux politiquement, il constitue aussi une lourde perte financière.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le PS va perdre 213.000 euros par an avec le retrait de ses listes. © Maxppp)

Ce sont les fédérations PS, dans les départements, qui vont souffrir. Un élu régional leur donne en moyenne 10% de son indemnité, soit environ 200 euros par mois. Avec le retrait imposé aux socialistes, ce sont 89 conseillers rayés de la carte, 213.000 euros en moins chaque année.

Coupes dans le personnel

Ce qui signifie que du personnel sera licencié. A Marseille par exemple, on va passer de trois à deux permanents. Et il va faire froid dans l'immeuble de la rue Montgrand : chauffage au minimum, moins d'affiches, moins de tracts, sans parler des dizaines de collaborateurs ou chargés de missions recrutés pour faire vivre les groupes PS dans les conseils régionaux.

A LIRE AUSSI   ►►► Jean-Pierre Masseret maintient sa liste dans le Grand Est en dépit de Solférino

Le paradoxe : Solférino veut compenser les pertes en élus par plus de militantisme. Difficile avec des budgets réduits. D'autant que les défaites aux départementales et aux municipales ont déjà fait beaucoup de dégâts. Les recettes sont divisées par deux dans certaines fédérations depuis 2012. A contrario, le FN, qui peut gagner dimanche entre 300 et 600 élus, va pouvoir recruter et augmenter son budget.

A LIRE AUSSI  ►►► Régionales : deux duels, dix triangulaires, une quadrangulaire au second tour

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.