Pas d'université d'été du PS à Nantes

Pour des raisons de sécurité, le Parti socialiste a préféré renoncer à tenir son université d'été dans la cité des Ducs.

France 2

30 permanences du Parti socialiste ont été saccagées ces derniers mois en France. Alors que le parti de la majorité prévoyait d'organiser son université d'été à Nantes (Loire-Atlantique), des messages sur les réseaux sociaux ont plusieurs fois appelé à empêcher la tenue de l'évènement. "Faisons leur regretter d'avoir choisi Nantes", a-t-on ainsi pu lire. Face aux risques de violences, liées à la contestation du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes mais aussi de la loi Travail, le PS a préféré annuler son université d'été prévu du 26 au 28 août.

Critiques à droite comme à gauche

Le rendez-vous traditionnel des socialistes sera remplacé par des séminaires régionaux. Des syndicalistes qui voulaient manifester pacifiquement devront donc trouver un autre lieu. Ce renoncement est dénoncé dans les termes à droite comme à la gauche de la gauche. Pour le député frondeur Pascal Cherki, c'est la preuve que "le PS s'est entièrement coupé de l'opinion", alors que François Fillon juge le manque d'"autorité de l'État et du président de la République".
Le politologue Pascal Perrineau analyse lui qu'"une partie de la gauche radicale ne reconnait plus les jeux de la démocratie classique".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, lors du conseil national du PS, le 6 février 2016, à Paris.
Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, lors du conseil national du PS, le 6 février 2016, à Paris. (CITIZENSIDE/YANN KORBI / CITIZENSIDE.COM / AFP)