Réforme du collège : le gouvernement soudé multiplie les signes d'apaisement

Face à la grogne des enseignants, le gouvernement fait tout pour apaiser les tensions que provoque la réforme du collège. Une équipe de France 3 fait un point sur la situation.

FRANCE 3

La réforme du collège continue de diviser. Mardi 19 mai, les enseignants sont appelés à faire grève. Aujourd'hui, jeudi 14 mai, le président de la République et la ministre de l'Éducation ont cherché à rassurer le monde de l'éducation.

C'est sous les applaudissements que Najat Vallaud-Belkacem a été accueillie au congrès national de la PEEP. Devant la fédération de parents d'élèves, la ministre de l'Éducation a multiplié les signes d'apaisement. Elle a réaffirmé la nécessité de cette réforme du collège : "Un enfant a besoin de se sentir sécurisé, savoir que ses parents, ses proches et bien sûr les professionnels de l'éducation sont soudés et travaillent ensembles à ses côtés pour sa réussite".

Un soutien de poids

L'opération déminage est menée au plus haut sommet de l'État. François Hollande, en visite en Allemagne s'est lui voulu rassurant face à ceux qui craignent pour l'avenir de la langue allemande : "Il y aura plus de professeurs d'allemand dans les prochaines années. Il y aura plus d'élèves français qui apprendront l'allemand, et plus tôt", a déclaré le chef de l'État.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ministre de l\'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, visite une école du Bourget (Seine-Saint-Denis), le 6 mai 2015.
La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, visite une école du Bourget (Seine-Saint-Denis), le 6 mai 2015. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)