Marseille : "un tour de passe-passe électoral," dénonce le député LR Eric Diard après l'élection de Benoît Payan

Le député Les Républicains critique l'élection de Benoît Payan à la tête de la mairie de Marseille, après la démission de Michèle Rubirola.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le deputé LR Éric Diard à l'Assemblée Nationale lors des questions au gouvernement le 6 octobre. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

"C'est regrettable pour les Marseillaises et les Marseillais", déplore sur franceinfo lundi le député Les Républicains des Bouches-du-Rhône Eric Diard. Le socialiste Benoît Payan a été élu à la place de Michèle Rubirola en tant que maire de Marseille ce lundi. Pour le député de droite, il s'agit là d'un "tour de passe-passe électoral qui a eu lieu pour que M. Payan, qui n'aurait pas pu être élu maire de Marseille au mois de juin, devienne maire de Marseille aujourd'hui".

franceinfo : Les élus de droite ont-ils bien fait de ne pas présenter de candidat à la mairie de Marseille pour ce 4ème tour ?

Eric Diard : C'est un choix, les jeux étaient faits de toute façon. Je pense que tout était joué d'avance et même avant le premier tour et le second tour des élections municipales. Mme Rubirola était une femme consensuelle, une femme médecin qui plaisait. On savait très bien qu'avec M. Payan, de l'apparatchik socialiste, ça ne passerait pas. On a mis Mme Rubirola en avant et maintenant, on fait le switch. C'est regrettable pour les Marseillaises et les Marseillais. Que les Républicains aient été là ou non, cela ne changeait rien. C'est un acte de désespoir, parce qu'au final ce n'est pas la droite, ce n'est pas la gauche, c'est la politique qui en sort défait.

Considérez-vous que Benoît Payan soit légitime pour être maire de Marseille ?

Il est légitime puisque c'est le conseil municipal qui élit le maire. Sauf que quand vous faites une campagne électorale, vous mettez en avant le candidat qui va être élu. Imaginez qu'à Paris, Mme Hidalgo, mette son premier adjoint à sa place. Donc, les Marseillaises et les Marseillais ont voté en conscience pour Mme Rubirola, et moi je ne remets pas le résultat en question. Et je trouvais cela normal que ça soit Mme Rubirola, qui avait fait le plus de voix, qui soit élue maire. Mais là, qu'il y ait un switch, avec des sortes de "combinazione", je trouve ça regrettable. Ce sont les Marseillaises et les Marseillais qui sont perdants et c'est triste pour la politique, que ça soit la gauche ou la droite.

Comprenez-vous les mots de Jean-Claude Gaudin, ancien maire LR de Marseille, qui estime que Benoît Payan a les épaules suffisamment solides pour diriger la ville ?

Je ne remets pas en cause les compétences de Benoît Payan. Ce que je remets en cause, c'est le tour de passe-passe électoral qui a eu lieu pour que M. Payan, qui n'aurait pas pu être élu maire de Marseille au mois de juin, devienne maire de Marseille aujourd'hui par ce switch électoral qui est inédit et regrettable.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.