La position du Parti socialiste est de "ne pas être dans la majorité présidentielle", affirme Jean-Christophe Cambadélis

Invité de France Inter, lundi, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a jugé que "la France a besoin de gauche".

 Jean-Christophe Cambadélis, le 22 mai 2017.
 Jean-Christophe Cambadélis, le 22 mai 2017. (France Inter)

Le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis, se fixe comme objectif d'avoir "un maximum de députés" aux élections législatives des 11 et 18 juin. "Nous sommes dans 577 circonscriptions, et nous ferons plus" que Benoît Hamon à l'élection présidentielle, a-t-il lancé sur France Inter lundi 22 mai.

"Il y a 150 candidats qui sont partenaires et une petite quinzaine qui s’affichent avec la formule majorité présidentielle", mais cela "n’est pas la position du PS", a-t-il tenu à clarifier. D'ailleurs, parmi ces candidats, "deux personnalités n’ont pas l’investiture du Parti socialiste. Il s'agit de Manuel Valls et de Malek Boutih, a-t-il précisé.

"La France a besoin de gauche"

La position du PS est de "ne pas être dans la majorité présidentielle", a-t-il insisté. "Nous sommes des candidats socialistes" et "la France a besoin de gauche", a martelé le patron du PS.

Concernant l'avenir du Parti socialiste après le 18 juin, Jean-Christophe Cambadélis a précisé qu'il allait "se refonder, se reformuler, se restructurer". "Il y aura", a-t-il ajouté, "beaucoup de travail, je serai au milieu de ce travail". "Il faut réfléchir par rapport à ce qui se passe dans les courants progressistes. Il faut analyser ça".

Le Parti socialiste pourrait à l'avenir changer de nom : "Ce n’est pas impossible", a-t-il lâché. "On le décidera, il faut avoir une continuité, mais le PS ne peut plus vivre comme la SFIO avec une verticalité", a-t-il poursuivi. "Il faut être en interaction avec la société civile et les mouvements citoyens et trouver une nouvelle forme d’agrégats politiques", a-t-il développé. Le PS pourrait également déménager de son siège de la rue Solférino à Paris  : "Il faudra avancer dans ce sens. Il faudra marquer une nouvelle époque".