"Sécurité globale" : l'Assemblée vote l'accès aux établissements recevant du public pour les policiers armés en dehors de leur service

Cette mesure, qui entre dans le cadre de la proposition de loi "Sécurité globale", est redoutée par certains députés qui craignent des "dérapages".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale, à Paris, le 18 novembre 2020. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

L'Assemblée nationale a voté dans la nuit de vendredi 20 à samedi 21 novembre une mesure, entrant dans la proposition de loi sur la "sécurité globale", permettant aux forces de l'ordre en dehors de leur service de conserver leur arme lorsqu'ils accèdent à des établissements recevant du public. Avec émotion, le député LREM Jean-Michel Fauvergue, ancien patron du Raid, a évoqué le "massacre" du Bataclan de novembre 2015.

Parmi les spectateurs du concert, "il y avait trois policiers" dans la salle, "ils n'ont pas pu intervenir", "l'entrée avec l'arme de service était interdite, car il y avait une fouille". Depuis, "les policiers et les gendarmes sont autorisés à avoir leur arme hors service, sur le volontariat et dans certaines conditions". Et ils peuvent "rentrer dans des établissements recevant du public", mais "certains" leur refusent l'accès, notamment ceux avec des "portiques à l'entrée", a-t-il poursuivi.

"Extrêmement dangereux d'avoir une arme"

Plusieurs élus ont fait part de leurs doutes, comme le communiste Stéphane Peu. "On n'est pas sûr que ce soit une vraie protection", il "peut y avoir des dérapages", a-t-il déclaré.

Avec une arme qu'on échappe dans une boîte de nuit, on peut créer la panique, avoir l'effet contraire à celui recherché.

Sacha Houlié, député LREM

à l'Assemblée nationale

Ça "fait du policier quelqu'un qui ne décroche jamais vis-à-vis de son boulot", a complété l'"Insoumis" Alexis Corbière. Et "dans un concert de rock" comme au Bataclan, c'est "extrêmement dangereux d'avoir une arme", selon lui. "Ce qui est demandé, ce n'est pas de multiplier les armes partout. Je suis contre ça, je suis contre une société à l'américaine", a souligné Jean-Michel Fauvergue, co-rapporteur de la proposition de loi. "Le but" est que puissent "intervenir à l'intérieur" ces "policiers-là qui sont volontaires, entraînés et qui ont sur eux la carte de service". Pour offrir une "garantie supplémentaire", le gouvernement a fait voter un amendement promettant un décret en Conseil d'Etat pour cette mesure, plutôt qu'un simple arrêté du ministère de l'Intérieur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.