Rassemblements contre la loi "sécurité globale" : les manifestations s'essoufflent

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Rassemblements contre la loi "sécurité globale" : les manifestations s'essoufflent
France 3
Article rédigé par
B. Delombre, M. De Chalvron, T. Cuny, L. Krikorian, F. Daireaux, France 3 Régions, F. Cardoen - France 3
France Télévisions

Samedi 12 décembre, un important dispositif de sécurité a été mis en place pour cette journée de manifestations. L'appel à la mobilisation pour protester contre la proposition de loi "sécurité globale" a été moins suivi que les précédentes semaines. 

Sans doute par crainte de voir la manifestation contre la proposition de loi "sécurité globale" dégénérer comme la semaine précédente, un imposant cordon de forces de l'ordre entourait samedi 12 décembre le cortège parisien, sous le regard des clients des grands magasins. Quelques face-à-face tendus ont eu lieu, de même que des interpellations ciblées. Le défilé s'est déroulé, lui, dans un calme relatif. 

142 interpellations

"Plus il y aura de monde, mieux ce sera. Il faut que cette loi soit retirée parce qu'elle est liberticide", confie un manifestant parisien. "Tant que cette loi ne sera pas retirée, nous serons là tous les samedis s'il le faut", glisse une autre. Dans la capitale, mais aussi à Bordeaux (Gironde), à Montpellier (Hérault) et à Marseille (Bouches-du-Rhône), les manifestants se sont réunis pour le quatrième samedi consécutif. L'action du ministre de l'Intérieur et les méthodes d'intervention des forces de l'ordre ont notamment été visées. À Paris, malgré des tensions en fin de rassemblement, aucun débordement majeur n'a été signalé. 142 manifestants ont toutefois été interpellés. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.