Manifestations contre le projet de loi "sécurité globale" : vers une nouvelle temporalité des contestations

Sylvain Boulouque, historien des mouvements sociaux, était dans le journal de 23 Heures de franceinfo, samedi 19 décembre. Il est notamment revenu sur la nouvelle temporalité des mouvements de contestation.

franceinfo

Quelques manifestants sont encore descendus dans la rue pour protester contre le projet de loi "sécurité globale", samedi 19 décembre. Depuis le conflit des Gilets jaunes, le samedi est d'ailleurs devenu la journée traditionnelle des contestations. "Cette temporalité du samedi a été initiée par le mouvement des Gilets jaunes et elle a été reprises, depuis trois semaines, un mois, par une contestation qui est à la fois sociale et politique contre un projet de loi jugé liberticide", détaille Sylvain Boulouque, historien des mouvements sociaux, dans le journal de 23 Heures de franceinfo.

"Le samedi, il n'y a pas de gréviste

"Ça diffère beaucoup d'un mouvement traditionnel dans la mesure où les centrales syndicales peuvent être présentes mais ne sont pas devant avec un certain nombre de mots d'ordre. Le samedi, il n'y a pas de gréviste. C'est un autre type de public : les Gilets jaunes étaient, dans la majorité, des commerçants ou des artisans", ajoute Sylvain Boulouque.

Le JT
Les autres sujets du JT
Sylvain Boulouque, historien des mouvements sociaux, était dans le journal de 23 Heures de franceinfo, samedi 19 décembre. Il est notamment revenu sur la nouvelle temporalité des mouvements de contestation.
Sylvain Boulouque, historien des mouvements sociaux, était dans le journal de 23 Heures de franceinfo, samedi 19 décembre. Il est notamment revenu sur la nouvelle temporalité des mouvements de contestation. (FRANCEINFO)