Manifestation contre la loi "sécurité globale" : des heurts ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre

Des affrontements ont eu lieu samedi 28 novembre en marge de la manifestation contre la loi "sécurité globale", place de la Bastille à Paris.

France 2

Dimanche 29 novembre, à Paris, des véhicules calcinés jonchaient encore les trottoirs. Au lendemain de la manifestation contre la loi "sécurité globale", les dégâts sont nombreux dans le quartier de la Bastille : kiosques à journaux endommagés, commerces aux vitrines brisées et taguées... La veille, au moment de la dispersion du cortège, des heurts ont éclaté entre manifestants cagoulés et forces de l'ordre. Un policier a ainsi été jeté au sol puis roué de coups.

Les manifestants dénoncent des violences policières

Pour Yoann Maras, secrétaire régional du syndicat Alliance Police nationale, il aurait fallu renforcer le dispositif de sécurité : "Maintenant, on a affaire à des groupuscules qui intègrent les manifestations et leur seul objectif, c'est de faire dégénérer, de casser du flic." De leur côté, les manifestants dénoncent des violences policières. Sur une vidéo, on voit un individu au sol, exfiltré par les forces de l'ordre. Alors même qu'il semble inconscient, un policier lui donne un coup de pied dans la cuisse. Quant à Ameer Al Halbi, journaliste indépendant syrien, il dit avoir reçu un coup de matraque au moment d'une charge de la police, alors qu'il photographiait la manifestation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des personnes manifestent contre la proposition de loi de \"sécurité globale\" et les violences policières, le 28 novembre 2020, à Paris.
Des personnes manifestent contre la proposition de loi de "sécurité globale" et les violences policières, le 28 novembre 2020, à Paris. (MYRIAM TIRLER / HANS LUCAS / AFP)